•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'une des plus vieilles maisons gaspésiennes détruite par un incendie

La maison Busteed en flamme.

Selon le maire de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold, la maison serait une perte totale.

Photo : Ronnie Alexander

Radio-Canada

La maison Busteed, l'une des plus vieilles maisons de la Gaspésie, a été ravagée par un incendie dans la nuit de dimanche à lundi, à Listuguj. Classée bien historique en 1987 par le gouvernement québécois, la maison Busteed emporte avec elle une page d’histoire de la région.

Le feu a pris naissance à 21 h 40 dimanche soir. La source de l’incendie est inconnue à l’heure actuelle.

Une équipe de 12 pompiers de Pointe-à-la-Croix a assisté ceux de Listuguj pour éteindre le feu. Les policiers de la communauté ont ensuite été saisis du dossier, puisque des éléments laissent entrevoir qu'il s'agirait d'un incendie criminel.

Le bâtiment était inhabité et sans électricité.

Lorsque les pompiers sont arrivés sur les lieux, l’embrasement était généralisé sur le bâtiment. On a fait des attaques défensives, indique le directeur du Service incendie de Pointe-à-la-Croix–Matapédia–Les Plateaux, Pascal Martel.

Les pompiers ont ensuite concentré leurs efforts sur le périmètre du bâtiment afin d’éviter une propagation dans le boisé qui borde la maison.

L’intervention s’est terminée peu après minuit.

Personne n’habitait la maison Busteed. Depuis 2009, ce bâtiment appartenait au conseil de bande de Listuguj, après un transfert par le gouvernement fédéral.

La maison Busteed, en bon état, avec des pavots orange à l'avant-plan.

La maison a été habitée par les membres de la famille Busteed jusqu'en 2009 (archives).

Photo : Michel Goudreau

Construite vers 1800 par Thomas Busteed, elle a ensuite abrité plusieurs générations de la lignée loyaliste.

Considérée à la fois comme un symbole de colonialisme par certains individus et comme un joyau du patrimoine par les historiens, cette maison était toujours au cœur des débats lorsqu'elle a été réduite en cendres. Le conseil de bande avait conclu une entente de principe avec le ministère de la Culture du Québec afin d'entreprendre un processus de restauration et d'utilisation du bâtiment, ce qui ne faisait pas l'unanimité dans la communauté.

Je suis encore comme un peu étonné, surpris là-dessus. Je n'ai même pas eu la chance de processer (sic) mes émotions.

Darcy Gray, chef de Listuguj

Une page d’histoire en cendres

Plusieurs personnalités de la région ont exprimé leur tristesse et leur désarroi devant les événements.

C’est une partie du patrimoine gaspésien qui part, s’est exclamé le maire de Pointe-à-la-Croix, Pascal Bujold. Celui-ci s'inquiète d'ailleurs de l'impact entre les communautés, car il dit avoir vu circuler des messages incitant à incendier la maison sur les réseaux sociaux. Il y a du monde qui vont voir ça de façon négative, qui vont laisser des commentaires. C'est pour ça que je vais demander à mes citoyens, s'il vous plaît, de garder ça pour [vous et] de pas mettre du gaz dans le feu comme on dit.

C’est une perte pour la région. C’est un bâtiment patrimonial qui contribuait à faire connaître l’histoire de la Gaspésie, s’est désolé Stéphane Marchand, de Parcs Canada.

C’est la plus vieille maison de la Gaspésie qui vient d’être détruite.

Michel Goudreau, président de la Société historique Machault

Ç'aurait été un atout important touristique pour la région. Cette maison a déjà été un musée. C’était d’une richesse patrimoniale incroyable, a également indiqué M. Goudreau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Incendie