•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Altération à l'épave du Titanic autorisée

Des images inédites du Titanic montrant son état de dégradation ont été captées en août.

Photo : Atlantic Productions

Marie-Isabelle Rochon

L'entreprise américaine RMS Titanic Inc. a obtenu l'autorisation d'une cour fédérale américaine pour aller récupérer le télégraphe Marconi situé au sein même de l'épave du Titanic. Cette opération impliquerait une altération à un monument historique.

C'est le télégraphe Marconi qui a permis à l'équipage du Titanic d'envoyer un signal de détresse et ainsi de secourir 705 survivants. Le signal avait été intercepté entre autres par le navire Carpathia, mais aussi par le phare de Cape Race à Terre-Neuve. Le message avait par la suite été relayé jusqu'à New York et Montréal.

Dave Myrick connaît par cœur le signal de détresse envoyé par le Titanic dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.

C’est son grand-oncle, alors âgé de 14 ans, qui a intercepté le signal au phare de Cape Race. Il explique que son grand-oncle a longtemps nié avoir été celui qui a reçu le message du Titanic à Cape Race puisqu'à son âge, il ne devait pas être laissé seul à travailler au phare. Il a couru chercher son superviseur qui a pris le relais, explique Dave Myrick.

Un homme tient dans ses mains un livre avec des photographies historiques.

C'est le grand-oncle de Dave Myrick qui a intercepté le signal au phare de Cape Race en 1912.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Dave Myrick n’approuve pas l’objectif d’une expédition de récupération du télégraphe.

Cette épave devrait rester comme elle est, c’est une tombe. On sait qu’est-ce qu’il y avait à l’intérieur, ça n’amènera pas grand-chose. Ils devraient laisser les morts reposer en paix, croit Dave Myrick.

Altération de l'épave

Cette mission sous-entend qu'il faudra découper une petite partie du plafond de la salle dans laquelle repose le fameux télégraphe.

Photo d'un modèle réduit du Titanic. Larry Dailey pointe du doigt l'endroit approximatif où se trouve la salle contenant le télégraphe de Marconi, en dessous du pont supérieur.

Sur ce modèle réduit du Titanic, Larry Daley pointe du doigt l'endroit approximatif où se trouve la salle contenant le télégraphe de Marconi, en dessous du pont supérieur.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

RMS Titanic Inc. justifie cette expédition en soulignant que l'épave du Titanic se dégrade rapidement sous l’océan. Une bactérie ronge le métal et pourrait entraîner la désintégration de l’épave d’ici les prochaines années. Bien que la dégradation de l'épave est un fait connu depuis de nombreuses années, RMS Inc souligne que cette dégradation s'est accélérée et que le pont au-dessus de la salle contenant le télégraphe Marconi s'effondre rapidement.

Une juge fédérale de l’état de la Virginie a donné son aval le 18 mai dernier à une telle opération. La juge spécifie que cette décision ne change aucunement un précédent jugement rendu en l'an 2000 qui interdit toute altération à l’épave et voit dans cette expédition une occasion unique de récupérer un objet qui contribuera à l'héritage de ceux qui ont perdu la vie et de ceux qui ont survécu au naufrage du Titanic.

De son côté, les membres de la Société du Titanic du Canada Atlantique, qui regroupe une centaine de passionnés et de scientifiques, se disent partagés sur la question.

La présidente de la Société, Deanna Ryan-Meister, souligne que le télégraphe Marconi est considéré comme un important artefact du Titanic et qu'il aura une portée éducative importante. Puisqu'il se situe dans une pièce fermée, il sera un objet fascinant à observer. Ce n'est pas un objet qui peut être vu, même par les caméras qui ont exploré l'épave par le passé, explique-t-elle.

Deanna Ryan-Meister explique aussi que d'autres membres se disent préoccupés. Des dommages pourraient être faits à l'épave lors de cette expédition et certains considèrent ce site comme un cimetière qui ne devrait pas être touché, souligne-t-elle.

Une récupération du télégraphe cet été?

Larry Daley s'occupe de la plupart des expéditions en mer vers le Titanic depuis 1998. Spécialiste dans la logistique d'équipements, il a entre autres travaillé avec James Cameron, History Channel, Discovery Channel et différentes équipes scientifiques. Il a lui-même pu observer de près l'épave lorsqu'il a pris part à une plongée dans un sous-marin en 2003. Il travaille présentement avec l'équipe qui s'apprête à récupérer le télégraphe Marconi.

Un homme qui regarde au loin.

Larry Daley aide à organiser les expéditions vers le Titanic depuis plus de 20 ans.

Photo : Radio-Canada / Marie Isabelle Rochon

Il souligne que l'équipe est composée de scientifiques et d'experts qui ont mené plusieurs expéditions avec succès vers le Titanic. L’opération impliquerait des appareils téléguidés, peut-être un sous-marin. La salle de Marconi est située à 40 pieds au-dessus du pont du bateau, explique Larry Daley

Il ajoute que le télégraphe est d'une grande importance non seulement pour l’histoire du Titanic, mais aussi pour l’histoire des communications. Le télégraphe aurait aussi une vocation éducative importante croit Larry Daley . En mer, c’était le moyen de communication le plus puissant. Du milieu de l’Atlantique, on pouvait rejoindre New York, explique-t-il.

RMS Titanic Inc., l’entreprise qui prépare l’expédition, n’a pas retourné nos demandes d’entrevues.

Mais selon Larry Daley, la mission de récupération pourrait avoir lieu dès le mois d’août 2020.

En raison de la pandémie actuelle, Larry Daley n'a pas plus de détails sur les contraintes qui seront imposées à l'équipe. L'équipage pourrait partir directement des États-Unis vers le site de l'épave, sans entrer au Canada selon lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Terre-Neuve-et-Labrador

Histoire