•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Timide reprise des activités au marché fermier d’Ottawa

Des kiosques sur une place publique près du parc Lansdowne à Ottawa.

L'accès aux marchands au parc Lansdowne ne se fait plus que par réservation.

Photo : Natalia Goodwin/CBC

CBC

Le marché fermé d’Ottawa au parc Lansdowne a accueilli pour la première fois dimanche des clients depuis le début de la pandémie de COVID-19, mais ces derniers étaient moins nombreux que prévu, selon les organisateurs.

Le marché du parc Lansdowne est le premier des quatre marchés publics d’Ottawa à reprendre du service avec de nouvelles règles de distanciation physique.

Pas question pour les clients de se promener d’un kiosque à l’autre à la recherche du produit parfait : ces derniers doivent maintenant se présenter à une heure fixe à la table des marchands pour ramasser une commande passée d’avance.

Les curieux qui n’ont pas réservé une plage horaire avec les commerçants n’ont pas pu acheter leurs denrées.

C’était tranquille comme matinée. Certaines personnes ont annulé leurs réservations, a relaté Jocelyne Garland, la présidente du conseil d’administration de l’Association des marchés fermiers d’Ottawa.

Mme Garland a également souligné que beaucoup de producteurs maraîchers éprouvent de la difficulté avec le nouveau système. Difficile pour eux de s’habituer à vendre leurs produits en ligne, surtout en raison de la nature imprévisible des récoltes.

Nous n’avons pas eu autant de clients que nous l’espérions, parce que les marchands tentent encore de maîtriser la plateforme en ligne, a noté Mme Garland. Certains clients ont décidé d’attendre à la semaine prochaine afin d’avoir une plus grande sélection de fruits et de légumes.

Malgré tout, 900 des 960 clients ayant réservé se sont présentés, selon Mme Garland. Il y a 80 cases horaires chaque demi-heure.

Des avis partagés

Même si les clients ont finalement pu renouer avec le marché après plusieurs semaines, ce n’est pas tout le monde qui avait le même enthousiasme.

J’ai l’impression que ça devrait être mieux organisé en permettant d’acheter et de payer à travers un seul portail pour tous les marchands. Qu’on laisse les fermiers cultiver sans leur ajouter la charge supplémentaire de concevoir des sites web, a notamment dit Anne Schmitz en allant ramasser sa commande.

J’étais très contente. J’ai réservé une case horaire tout de suite, a lancé pour sa part Fiona D’Arcy, une autre cliente. C’était très simple. Il y a beaucoup d’espace, alors je me sentais à l’aise. C’était facile de me présenter aux différents kiosques en leur montrant mon numéro de commande et ramasser mes achats.

Mme Garland a indiqué que son organisation travaillait de concert avec Santé publique Ottawa pour déterminer si certaines mesures de distanciation pourraient être levées afin que l’expérience ressemble davantage à la normale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Alimentation