•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand les plans mis pour contrer la COVID-19 sont plus avantageux que le déconfinement

Alix Loiselle, propriétaire de la boulangerie La Belle Baguette, à Saint-Boniface

D’après le propriétaire de la boulangerie La Belle Baguette, Alix Loiselle, rouvrir le service à table actuellement présente plus de stress que d’avantages pour l’ensemble de son équipe.

Photo : Vincent Rességuier

La boulangerie La Belle Baguette de Saint-Boniface n’ouvrira pas son service à table lundi malgré l’autorisation de la province. Selon le propriétaire, Alix Loiselle, les mesures mises en place pour faire face à la COVID-19 ont permis à l’entreprise d’accroître son chiffre d’affaires tout en réduisant au maximum les risques de propagation du coronavirus.

Avant l’annonce du confinement dans la province, les responsables de La Belle Baguette ont su s’adapter aux nouvelles exigences de la pandémie en créant une boutique en ligne, en mettant en place un service de livraison et en retirant des tables à l’intérieur de l'enseigne pour créer plus d’espace.

« On a mis des mesures en place super rapidement pour ne pas prendre de risques et pour avoir un système dont on pouvait se servir à la longue », souligne Alix Loiselle.

M. Loiselle indique que tous ces changements ont eu un effet positif sur les ventes et ont contribué à la fidélisation de la clientèle.

« Les affaires vont super bien », lance-t-il.

La Belle Baguette a quadruplé sa production de pains et augmenté considérablement sa vente de croissants.

« Puisqu’on ne fait plus de lunch à table on se concentre sur le pain et les croissants qui se vendent plus que d’habitude », dit-il.

Avec la suspension de certains contrats au début de la pandémie en raison de la fermeture des services, l’entreprise a connu des pertes qui ont très vite été compensées par les ventes en ligne, dit le propriétaire.

La boutique en ligne représente actuellement environ 25 % du chiffre d'affaires de nos deux boulangeries à Winnipeg. « C’est comme un troisième magasin », dit-il.

« Au début les ventes en ligne étaient à 30 % et comme les gens sortent plus les ventes en ligne ont un peu baissé, mais les ventes à emporter au magasin augmentent », note M. Loiselle.

Puisque d’autres restaurants et services rouvrent progressivement, Alix Loiselle s’attend à reprendre certains de ses contrats et à voir de nouveau son chiffre d’affaires augmenter.

Pain, des croissants et des petits gâteaux disposés sur une étale de boulanger.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Belle baguette vend du pain, des croissants et des petits gâteaux.

Photo : Site web de la La Belle Baguette

Des effets positifs sur le personnel

Le propriétaire souligne également que les ajustements faits pour contrer la pandémie ont eu des effets positifs sur son bien-être et celui de ses employés.

Il raconte avec humour « avoir découvert le plaisir de travailler cinq jours et prendre deux jours de repos ».

« Pour la première fois en cinq ans, j’ai une fin de semaine de deux [jours], ça commence à être très intéressant. On est ouvert cinq jours sur sept au lieu de sept jours sur sept. Or on sert toujours bien nos clients », dit-il en riant.

Statu quo pour l'instant

D’après Alix Loiselle, rouvrir le service à table actuellement présente plus de stress que d’avantages pour l’ensemble de son équipe.

Selon les exigences des autorités sanitaires, les entreprises qui reprennent leurs services dans la phase 2 de relance économique doivent entre autres s’assurer que les employés, les clients et les visiteurs sont raisonnablement capables de maintenir une distance de deux mètres entre eux.

Elles doivent appliquer des protocoles de nettoyage renforcés, en particulier dans les zones communes comme les toilettes.

« Pour respecter le protocole de nettoyage, il faut vraiment les employés juste pour nettoyer et ce n’est pas facile », dit-il.

Une terrasse avec des tables.

La disposition des tables à la terrasse de La Belle baguette de Saint-Boniface en temps normal.

Photo : Site web de la La Belle Baguette

Aussi, il note que les espaces consacrés au service à table ne sont pas très grands.

« Que ce soit sur la terrasse ou dans le magasin, le respect de la distanciation sera compliqué », dit-il.

« Ce n’est pas vraiment intéressant pour nous de passer à la phase deux. On a juste tellement bien restructuré la compagnie comme elle est maintenant que ça va rester ainsi », ajoute-t-il.

Les deux boulangeries de l'entreprise fonctionnent depuis le début de pandémie avec le tiers de son personnel habituel, soit environ 12 personnes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Affaires