•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De Minneapolis à Washington, une 6e nuit de fureur

Des policiers en tenue anti-émeute, avec la Maison-Blanche en arrière-plan

Des policiers tentent de maintenir les manifestants à distance devant la Maison-Blanche, à Washington.

Photo : Associated Press / Alex Brandon

Radio-Canada

Des gaz lacrymogènes ont été tirés devant la Maison-Blanche par la police pour disperser des manifestants, lors de la sixième nuit consécutive de colère aux États-Unis depuis la mort il y a une semaine de George Floyd, un Afro-Américain de 46 ans, aux mains d’un policier blanc.

Des centaines de personnes étaient rassemblées dimanche soir devant la résidence du président américain Donald Trump en scandant des slogans et en brandissant des pancartes. Plusieurs feux ont aussi été allumés.

Des manifestants devant des barrières en feu

Plus de 1000 personnes ont manifesté devant la Maison-Blanche.

Photo : The Associated Press / Alex Brandon

Un couvre-feu a été décrété par la mairesse de Washington, Muriel Bowse, à partir de 23 h jusqu'à 6 h lundi après de nouvelles manifestations près de la Maison-Blanche. Elle a aussi ordonné le déploiement de la Garde nationale du District de Columbia pour appuyer la police.

Des manifestants et du gaz lacrymogène

Des gaz lacrymogènes ont été tirés par la police pour disperser les manifestants qui se tenaient dans le parc Lafayette, situé devant la Maison-Blanche.

Photo : The Associated Press / Alex Brandon

Un camion fonce dans la foule à Minneapolis

Les choses se sont gâtées à Minneapolis, épicentre de la crise, où des manifestations ont eu lieu durant la journée. Peu après le début du couvre-feu de 20 h, les forces de police, assistées de la Garde nationale, ont envahi les rues pour faire respecter l’ordre et mettre fin aux manifestations. Elles ont pris en souricière les manifestants présents sur la route, puis ont procédé à des arrestations.

Plus tôt dans la journée, un camion-citerne a foncé dans la foule qui marchait sur une autoroute de la ville.

Des gens se tassent du centre de la route à l'approche du camion.

Un camion-citerne a foncé sur des milliers de manifestants qui marchaient sur l'autoroute 35 en direction nord à Minneapolis pour dénoncer la mort de George Floyd.

Photo : Reuters / ERIC MILLER

Le conducteur du camion, blessé, mais sans que sa vie soit en danger, a été arrêté. Il a été conduit à l'hôpital.

A priori aucun manifestant n'a été blessé, selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident très dérangeant. Des témoins ont cependant dit à Radio-Canada avoir vu de nombreuses victimes et beaucoup de sang sur la chaussée.

Les trois autres policiers « complices »

Dans un échange télévisé à CNN, le frère de George Floyd, Philonise Floyd, a été en contact avec le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arradondo. Il s'agit de la première interaction de la famille endeuillée avec le service de police de la ville.

Par l’intermédiaire de la journaliste Sara Sidner, le frère de la victime a demandé au chef de police, qui était sur le terrain à la rencontre de la population de Minneapolis, s’il comptait arrêter les trois autres policiers impliqués dans la mort de son frère.

Ce dernier a reconnu la responsabilité, par leur inaction, des trois autres policiers dans la mort de George Floyd. Être silencieux, et ne pas intervenir, c’est être complice, a-t-il affirmé.

Le chef de police a le pouvoir d’arrêter les trois policiers, mais il ne peut pas porter d’accusations à leur encontre.

Derek Chauvin, le policier qui a mis son genou sur le cou de la victime, est le seul des quatre agents présents à avoir été arrêté. Accusé de meurtre au troisième degré, il va comparaître lundi. Les quatre policiers ont été licenciés.

Manifestations à l'échelle du pays

Des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations pacifiques à travers le pays dans la journée dimanche. Certaines se sont toutefois envenimées dans plusieurs villes.

À Philadelphie, des roches et des cocktails Molotov ont été lancés vers les policiers.

À Boston, manifestants et policiers se sont affrontés. Sept officiers de police sont hospitalisés et une quarantaine de manifestants ont été arrêtés.

En Californie, des voleurs ont pillé des magasins dans une vingtaine de villes.

À Cleveland, les policiers ont interdit l'accès au centre-ville aux journalistes, à moins qu’ils ne soient à l’intérieur de leurs bureaux, rapporte sur Twitter Jim Nelson, reporter d'une station locale affiliée au réseau CBS.

À Atlanta, où le siège social de CNN a été pris pour cible par les manifestants au cours des derniers jours, les autorités ont utilisé des gaz pour disperser la foule. La mairesse de l'endroit, Keisha Lance Bottoms, a confirmé que deux policiers ont été congédiés à la suite d'une intervention musclée samedi.

Tout au long de la journée, de nombreuses villes américaines se sont préparées en vue d’une autre nuit d’intenses protestations en barricadant des fenêtres, en ramassant des vitres cassées et en effaçant des graffitis.

Des employés posent des feuilles de contreplaqué contre de grandes fenêtres donnant sur une rue.

Des employés barricadent les vitrines d'une boutique de Manhattan, à New York, après une nuit agitée par des manifestations violentes qui se sont traduites par du vandalisme et du saccage.

Photo : Associated Press / Kathy Willens

À New York, les manifestations avaient commencé de manière pacifique, et certains policiers avaient même mis un genou à terre, afin d'exprimer leur solidarité et calmer la tension. Mais des confrontations violentes ont eu lieu au cours de la soirée entre la police et les manifestants, principalement à Manhattan et à Brooklyn.

La police a arrêté près de 350 personnes, tandis que 30 policiers ont été blessés dans des échauffourées. Le maire de la ville, Bill De Blasio, a promis que le comportement de la police serait examiné.

Celui-ci n'avait pas décrété de couvre-feu pour la nuit de dimanche à lundi, contrairement à d’autres grandes villes américaines comme Houston, la ville natale de George Floyd, et Los Angeles.

Un manifestant, les bras dans les airs, devant un conteneur à ordures en feu

Manifestation à New York

Photo : Reuters / EDUARDO MUNOZ

Il estime que la police municipale a fait preuve d'une « grande retenue » lors des manifestations de la fin de semaine. Il a promis une enquête concernant la voiture de police qui a foncé dans la foule de manifestants samedi.

Un commerce vandalisé avec une voiture de police en avant-plan.

Des manifestations ont mené à du grabuge à New York.

Photo : Reuters / EDUARDO MUNOZ

Le candidat démocrate à l'élection présidentielle de novembre, Joe Biden, a annoncé s'être rendu sur les lieux d'une manifestation contre le racisme qui s'est tenue samedi dans son État, le Delaware.

Dans une série de messages sur Twitter, le président Donald Trump a accusé « les anarchistes et les médias » d'alimenter la violence.

Selon le New York Times, Donald Trump avait été emmené vendredi à l’abri dans un bunker souterrain par les services secrets, alors qu'une manifestation se tenait devant la Maison-Blanche.

Depuis le début des manifestations à la suite de la mort de George Floyd, environ 4000 personnes ont été arrêtées aux États-Unis.

Mémorial improvisé pour George Floyd

Deux personnes se penchent pour déposer des fleurs sur le trottoir.

Jessica Knutson et sa fille de trois ans ont déposé des gerbes de fleurs au mémorial improvisé en hommage à George Floyd, décédé après une interpellation brutale par la police de Minneapolis.

Photo : Associated Press / John Minchillo

À Minneapolis, des gens se sont rassemblés dimanche avec balais et fleurs à la main à l’endroit où George Floyd a été arrêté par les policiers, soutenant qu’il était important de protéger ce qu'ils appellent un « espace sacré ». L'intersection en question a été bloquée avec des cônes de signalisation, tandis qu'un anneau de fleurs a été disposé au sol.

Une élue municipale, Angela Conley, s’est rendue sur place après la levée du couvre-feu, affirmant que la police avait piétiné des fleurs et des photos de George Floyd.

La communauté a besoin de guérison, et ce qui s'est passé la nuit dernière n'a fait qu'exacerber la douleur de la population, a-t-elle déclaré à propos du travail de la police.

Mme Conley dit que les manifestations et les confrontations avec la police vont continuer jusqu’à ce que les trois autres policiers présents lors de l’arrestation brutale George Floyd soient arrêtés et inculpés.

Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, CNN, et New York Times

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Amériques

International