•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La région se prépare à une autre phase de déconfinement

Un coiffeur lave les cheveux d'une cliente.

Danny Lapointe n'a jamais eu à travailler dans ces conditions en 27 ans de métier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Plusieurs secteurs de l’économie vont reprendre leurs activités lundi dans le cadre du plan de déconfinement graduel du gouvernement du Québec. C’est le cas notamment des salons de coiffure, des salons d’esthétique et des centres commerciaux à l’extérieur du Grand Montréal et la MRC de Joliette.

Certains seront certainement heureux de se rendre dans un salon de coiffure pour s’y faire couper les cheveux pour la première fois en près de trois mois. Ceux qui s'attendent à retrouver le même côté glamour auront toute une surprise.

Masques chirurgicaux, visières, lunettes, sarraus : les coiffeurs ressembleront désormais davantage à un chirurgien. De plus, les outils devront être désinfectés systématiquement et certains équipements remplacés entre chaque client.

L’équipe va devoir s’adapter et les clients aussi. De nous voir tout en noir ou en blanc, avec les visières, ça va être vraiment différent, lance le propriétaire du salon l'Entête, Danny Lapointe. Travailler dans ces conditions sera une première pour celui qui exerce le métier de coiffeur depuis 27 ans.

Un coiffeur coupe les cheveux d'une cliente.

En plus de porter tout l'équipement de protection nécessaire, les coiffeurs devront désinfecter les outils systématiquement et changer certains équipements entre chaque client.

Photo : Radio-Canada

Quand on lit le document de la CNESST et on s’adapte à toutes les nouvelles réalités de ce qu’ils nous ont proposé, c’est un marathon pour terminer, poursuit-il. Reste que ces artistes capillaires ont pour la plupart hâte de recommencer le travail même si l’inquiétude est palpable.

C’est que la confusion persiste entourant l’utilisation de certains équipements.

On va y aller avec notre bon jugement comme le ministre [Jean] Boulet l’a dit, mais c’est juste au niveau de la blouse de protection [que ce n’est pas clair], dit la coiffeuse Kim McColloch.

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) indique que les sarraus peuvent être réutilisables, mais doivent être changés entre chaque client. Les masques chirurgicaux sont aussi obligatoires pour ces travailleurs. Le hic, c’est que ces équipements ne sont pas simples à trouver.

Le problème, c’est de s’approvisionner. On a réussi à avoir des masques, on aura des masques pour nos clients. On aura des masques pour nos coiffeurs, mais de s’approvisionner est un peu une problématique.

Danny Lapointe, coiffeur

Avec toutes ces nouvelles mesures, les clients doivent s’attendre à payer davantage pour avoir une coupe de cheveux. Des coiffeurs craignent cependant que leur situation financière demeure précaire avec les nouveaux frais sanitaires.

Le magasinage réinventé

Le Centre commercial Les Rivières, le Carrefour Trois-Rivières-Ouest, les Galeries du Cap, la Plaza de la Mauricie et les autres centres commerciaux de la région ont aussi l’autorisation d’ouvrir leurs portes à compter de lundi.

Chacun a dû préparer un plan afin de faciliter la distanciation sociale. Le centre commercial du secteur Cap-de-la-Madeleine a installé des flèches au sol et les clients devront emprunter un tracé préétabli.

Les clients ne pourront entrer que par un seul endroit et sortir par une porte différente.

Une affiche demandant à attendre à l'extérieur d'un commerce.

Des affiches ont été installées dans les centres commerciaux pour faire respecter la distanciation physique.

Photo : Radio-Canada

Après plusieurs semaines d’incertitude, les commerçants sont plus qu’heureux d’accueillir à nouveau leur clientèle, comme l’explique la propriétaire de l’animalerie Le petit Zoo, Chantale Therrien.

On est bien contents, on va recommencer. En même temps, on s’ennuie de nos clients évidemment. Quand on est dans le public, c’est sûr que là on est bien contents et on espère revoir tout notre monde.

Ouverture des marinas et des pourvoiries

À l’instar d’une grande majorité de parcs nationaux au pays, le parc national de la Mauricie pourra à nouveau recevoir le public.

L’accès sera limité aux entrées de Saint-Jean-des-Piles et de Saint-Gérard-des-Laurentides. Les randonneurs devront se limiter aux sentiers du secteur de la Rivière-à-là-Pêche, dont certains devront être empruntés seulement en sens unique afin de respecter la distanciation sociale.

Le secteur Saint-Mathieu-du-Parc restera lui fermé pour l’instant en raison de travaux.

Il faudra toutefois encore attendre un peu avant de profiter des installations de camping, fermées au moins jusqu’au 21 juin.

Préparatifs pour les campings

Alors que Québec autorise leur réouverture à compter de lundi, certains ne sont pas encore prêts à recevoir du public.

Au parc de l’île Melville de Shawinigan, l’annonce faite plus tôt cette semaine a été un soulagement, mais elle a pris de court les équipes, impossible de s’organiser à temps et contraintes de repousser la date de réouverture à vendredi prochain.

D’autant qu’un fort achalandage est attendu. Les réservations ont explosé ces derniers jours et le camping affiche déjà complet pour presque tout l’été.

Dès demain, les marinas et les pourvoiries seront elles aussi autorisées à rouvrir. La location entre amis n’est pas possible et sera uniquement autorisée aux visiteurs d’une même cellule familiale.

En raison des services limités, l’accès au parc sera totalement gratuit jusqu’à nouvel ordre.

Fermé depuis le 19 mars dernier, le parc national de la Mauricie s’attend à une reprise en douceur, et prévoit une fréquentation plus importante la fin de semaine prochaine. En période estivale, le parc reçoit en moyenne 160 000 visiteurs.

Avec les informations de Catherine Bouchard, Jonathan Roberge et Alexandre Lepoutre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Commerce