•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les premiers travailleurs étrangers temporaires arrivent au N.-B.

Des travailleurs étrangers temporaires commencent à arriver pour prêter main-forte à des entreprises du Nouveau-Brunswick. Le secteur agricole est ravi.

Un tracteur  sur le terrain d'une ferme.

Blaine Higgs est revenu sur sa décision touchant l’interdiction des travailleurs étrangers temporaires sur le territoire. Le premier ministre du Nouveau-Brunswick veut assurer une main-d’œuvre suffisante pour les agriculteurs de la province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les travailleurs étrangers temporaires commencent à arriver au Nouveau-Brunswick.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Au cours des prochains jours, vous remarquerez quelques vols de Sunwing arrivant à notre aéroport, a écrit l’Aéroport international du Grand Moncton sur sa page Facebook vendredi.

La publication sur le média social indiquait que ces vols amènent des travailleurs étrangers temporaires au Nouveau-Brunswick pour différentes industries où l’on a constaté un manque de main-d’œuvre.

Dès que les travailleurs poseront le pied en sol canadien, les Services frontaliers les prendront en charge.

S’ils ne présentent aucun symptôme, ils pourront alors être transportés dans un lieu où ils passeront 14 jours en isolement.

Des règlements sanitaires pour tous

Beaucoup d’exigences sont imposées aux employeurs bien avant l’arrivée des travailleurs étrangers temporaires.

Ils doivent bâtir un plan d’hébergement pour la quarantaine de leurs employés et le faire approuver par les autorités.

Une liste de contrôle de dépistage doit être transmise une semaine à l’avance.

L’employeur est aussi responsable de fournir aux travailleurs saisonniers tout ce dont ils ont besoin : hébergement, nourriture, technologie de l’information, etc.

Les fermiers ravis

La saison est déjà entamée pour les agriculteurs de la province et l’arrivée imminente de ces travailleurs les réjouit.

Kent Coates de la ferme Nature's Route a déjà accueilli un travailleur saisonnier et il en attend quelques autres.

Des lieux d’isolements sont prêts pour ces derniers.

Ils commenceront à travailler à la ferme 14 jours plus tard, s’ils n’ont pas de symptôme.

Kent Coates, propriétaire de la ferme Nature's Route.

Kent Coates, propriétaire de la ferme Nature's Route.

Photo : Radio-Canada

Kent Coates avait omis jusqu’alors de planter certains légumes ou légumineuses qui demandaient trop de travail. Il a vite rectifié le tir : quand on a eu la nouvelle qu’on pouvait avoir des travailleurs, j’ai commencé à planter et planter beaucoup de choses, témoigne-t-il, heureux.

L’arrivée de ces travailleurs se veut presque essentielle pour cette entreprise située à Point de Bute au Nouveau-Brunswick.

Avec les informations de Mathieu Massé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Agriculture