•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins corporels : un retour à la normale... ou presque

Éric Guy, physiothérapeute, Matane.

Éric Guy est physiothérapeute à Clinique Physio-Plus de Matane.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La réouverture des services de soins corporels est certes une bonne nouvelle pour les patients, mais pour bon nombre de physiothérapeutes, les mesures imposées pour limiter la propagation de la COVID-19 annoncent une période difficile financièrement.

Si certains physiothérapeutes envisagent déjà devoir augmenter leurs tarifs, d'autres espèrent qu'Ottawa et Québec ajusteront les programmes mis en place pour répondre aux besoins des entreprises en contexte de pandémie.

Les mesures imposées coûtent cher, de 1200 $ à 15 000 $ selon la clinique, et entraînent une baisse de revenus importante.

Sans compter que bon nombre de cliniques qui recevaient la subvention salariale d'urgence n'y auront plus droit puisque leur baisse de revenus ne sera plus assez significative pour qu'elles y soient admissibles.

Du matériel de désinfection s'est ajouté pour les physiothérapeutes.

Du matériel de désinfection s'est ajouté pour les physiothérapeutes.

Photo : Radio-Canada

Parmi les mesures, notons le port de masques, de lunettes et de visières, la désinfection des salles et le sarrau à changer entre chaque patient, ainsi que le décalage des horaires pour s'assurer qu'aucun patient n'en croise un autre.

On peut voir presque deux clients de moins dans la journée par physiothérapeute, fait que pour la clinique, c'est des pertes de revenus pis c'est aussi plus d'ouvrage parce qu'on va avoir énormément de lavage à faire.

Éric Guy, physiothérapeute, Clinique Physio-Plus
Yves Labrie, physiothérapeute, Matane.

Yves Labrie est physiothérapeute à la Clinique Physix de Matane.

Photo : Radio-Canada

Après avoir dû fermer pendant plus de deux mois en raison de la pandémie, c'est ce lundi que les cliniques de physiothérapie pourront rouvrir leurs portes, un moment très attendu par les patients.

Quand ça fait une semaine, deux semaines, un mois, deux mois que t'endures une petite douleur, souvent cette petite douleur est rendue grosse donc les cas qu'on voit sont plus complexes, plus compliqués, plus de douleurs qui durent depuis longtemps.

Yves Labrie, physiothérapeute, Clinique Physix

D'autant plus que la téléréadaptation n'est pas accessible à tous les patients, surtout dans les secteurs où la haute vitesse n'est pas disponible, précise Éric Guy.

La conversation coupe, le vidéo coupe, fait que souvent l'entrevue que tu pensais qui allait durer 30 minutes en prend 45 parce que là, faut que tu les rappelles, leur expliques comment se connecter.

En plus de la physiothérapie, les soins dentaires, d'optométrie, d'ostéopathie et les services de coiffure et d'esthétique seront dispensés dès lundi.

D'après les informations de Catherine Poisson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Santé physique et mentale