•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reconstruction du pont du Grassy-Narrow pourrait coûter entre 9 et 12 M$

Le pont Grassy Narrow de Moffet, au Témiscamingue

Le pont Grassy Narrow de Moffet, au Témiscamingue a été détruit par le feu en mai 2015.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La reconstruction du pont de Grassy-Narrow à Moffet au Témiscamingue pourrait coûter entre 9 et 12 millions de dollars.

C'est ce que démontre une étude de faisabilité technique commandée par la municipalité de Moffet en collaboration avec les municipalités de l'est du Témiscamingue.

La reconstruction de la structure détruite par un feu en mai 2015 intéresse aussi la communauté Anishinabe de Long Point et l'entreprise Ryam Gestion Forestière-Témiscamingue.

Le maire de Moffet, Alexandre Binette, affirme qu'il y a plusieurs avantages à aller de l'avant avec le projet.

C'est un projet qui pourrait très bien fonctionner, un projet de développement durable qui va permettre d'aider l'industrie forestière parce qu'on sait que de l'autre côté du pont, l'intérêt de l'industrie forestière il y a 400 000 m3 de bois de disponible en ce moment donc on pourrait optimiser les routes de transport en ayant un pont comme celui-là, dit-il. On parle d'un projet aussi environnemental avec une empreinte carbone négative tant au niveau de la construction qu'au niveau du transport forestier par la suite, parce qu’on économise 140 kilomètres entre une usine au Témiscamingue et le massif forestier.

Il y a plusieurs avantages avec ce projet et puis je crois qu'un tel projet qui est de construire un des plus longs ponts en bois lamellé collé au monde, ça pourrait vraiment être générateur de fierté pour la région puis avoir un impact positif sur le tourisme.

Le maire de Moffet, Alexandre Binette
Alexandre Binette pose devant l'entrée du bureau municipal.

Alexandre Binette, maire de Moffet.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La municipalité veut convaincre les autorités de fusionner les travaux de démantèlement de ce qui reste du pont et la reconstruction d'une nouvelle structure.

Pourquoi une fusion, il y aurait beaucoup davantage financier à démanteler en même temps qu'on reconstruit, indique le maire.

On parle de réutiliser les piles existantes du pont, mobiliser une seule équipe. On aimerait qu'en fusionnant les deux projets, on puisse réinvestir les économies qu'on génère dans le projet de construction lui-même. C'est là-dessus qu'on travaille avec le ministère des Transports et il y a beaucoup d'ouverture là-dessus, précise Alexandre Binette.

Le maire de Moffet affirme que le projet suscite l'intérêt de plusieurs acteurs tant du côté du gouvernement du Québec, des députés de la région que des MRC du Témiscamingue et de Rouyn-Noranda.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Infrastructures