•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'annulation de la saison des croisières : dévastatrice pour des entreprises de l'Î.-P.-É.

Les barrières qui ferment Victoria Row sont amovibles pour permettre aux services d'incendies d'intervenir en tout temps.

Les barrières qui ferment Victoria Row sont fermées (archives).

Photo : julien lecacheur

Radio-Canada

Des propriétaires d’entreprises sont obligés de fermer leurs portes alors que la saison estivale à l’Île-du-Prince-Édouard s’avère déjà difficile.

Joan Judson se prépare à une année difficile, mais elle ne réalisait pas jusqu'à maintenant à quel point cette saison serait dévastatrice pour elle et son entreprise. La COVID-19 aura laissé de douloureux souvenirs pour cette propriétaire, qui a dû mettre la clé sous la porte de son plus grand projet.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Mme Judson dirige Rusty Rover Tours à Stratford, à l'Île-du-Prince-Édouard, qui propose des visites guidées de l'Île depuis sept ans.

Victoria Row est réservé aux piétons du 1er mai au 31 octobre.

Victoria Row, à Chalottetown.

Photo : julien lecacheur

Près de 90 % de l'activité de Mme Judson provient des bateaux de croisière, habituellement peuplés de touristes venus de l'extérieur. 

Lorsque le gouvernement fédéral a annoncé la fermeture de l'industrie des croisières cet été, elle a décidé de fermer son entreprise définitivement. 

L'entreprise employait cinq personnes à temps partiel. 

Nous avions prévu nous détendre cette année, nous ne sommes plus aussi jeunes qu'avant, partage Joan Judson.

Fermer de façon permanente

Nous avions des réservations, mais une fois que le virus a commencé, les réservations ont été annulées l'une après l'autre. Nous avons donc décidé que c'était fini, nous allons fermer définitivement, partage la propriétaire. 

Le gouvernement fédéral a prolongé jusqu'au 31 octobre l'interdiction des bateaux de croisière avec hébergement pour plus de 100 personnes dans les eaux canadiennes.

Cette décision met ainsi fin à la saison des croisières à l'Île-du-Prince-Édouard, activité estivale très prisée dans cette région de l'Atlantique. 

Un navire de croisière au port de Charlottetown

Des bateaux de croisière ont annulé leurs escales au port de Charlottetown.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Bouchard

Les mesures de Transports Canada visent à contenir la propagation du COVID-19. En mars, le gouvernement avait interdit les visites de navires de croisière dans les ports canadiens au moins jusqu'au 1er juillet, puis au début du mois de mai, cette interdiction a été prolongée jusqu'à la fin du mois d'août.

Le restaurant de Shane Campbell, Water Prince Corner Shop à Charlottetown, est généralement bondé lorsqu'un bateau de croisière se stationne au port.

Cette année, le restaurant - qui fonctionne depuis près de 30 ans - reste vide. Au lieu de 33 employés à temps plein et à temps partiel, Shane Campbell indique qu'il fonctionne avec huit employés spécialisés dans les plats à emporter. 

M. Campbell a décrit cette situation comme dévastatrice. Il a dit qu'ils espéraient que les bateaux de croisière seraient venus plus tard dans la saison estivale, mais ces espoirs ont été anéantis avec l'annonce de vendredi. 

Une perte de revenus de 90 %

Trois personnes travaillent dans un restaurant.

Shane Campbell est passé de 33 employés à huit, pour travailler dans son restaurant.

Photo :  CBC

Nous survivrons, mais ce ne sera pas facile. Personne n'aurait jamais prédit cela dans ses rêves les plus fous.

Shane Campbell, propriétaire du restaurant Water Prince Corner Shop

Victoria Row, le centre commercial piétonnier du centre-ville de Charlottetown, grouille généralement de clients lorsqu'il y a un bateau de croisière dans le port. Mais encore là, l’annulation des croisières se fait déjà lourdement ressentir sur les chiffres d’affaires. 

Des jeunes dessinent sur du papier blanc disposé sur le sol de la rue Richmond, au centre-ville de Charlottetown.

Victoria Row avant la COVID-19 (archives)

Photo : Radio-Canada / Marika Bellavance

Bill Watters est propriétaire de Northern Watters Knitwear, l'une des dizaines d'entreprises du centre commercial.

M. Watters explique que son niveau de stress est au plafond quand il regarde un de ces magasins complètement vides. Il raconte que samedi, il n'a eu qu'un seul client dans la journée. 

C'est effrayant, dit le propriétaire de magasin, qui est en affaires depuis 13 ans.

Des entreprises comme la nôtre [qui fonctionnent grâce aux] bateaux de croisière et des visite guidées en bus, surtout à l'automne, on risque une perte de revenus de 90 % pour l'année.

Beaucoup de difficultés

Northern Watters Knitwear emploie généralement 18 personnes dans ses magasins de Charlottetown et d'Halifax. Cette année, elle fonctionnera avec huit personnes au total.

Bill Watters dans son magasin.

Bill Watters est propriétaire de Northern Watters Knitwear, l'une des dizaines d'entreprises du centre commercial Victoria Row.

Photo :  CBC

Il y aura des entreprises qui ne pourront pas se remettre des deux derniers mois de fermeture parce que tout le monde espérait que nous reviendrions à une sorte de bonne saison touristique, et cela n'arrivera pas, donc c'est dévastateur, dit M. Watters.  

Le port de Charlottetown se préparait à une saison de croisières de grande envergure.  On prévoyait 154 000 passagers et environ 73 000 membres d'équipage, ce qui aurait, selon les projections, injecté plus de 60 millions de dollars dans l'économie de l'Île-du-Prince-Édouard.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Vacances et sorties