•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa au secours de l'industrie touristique

Vu de la ville de Percé avec Rocher Percé en arrière-plan.

Le Rocher Percé en Gaspésie

Photo : iStock

L’industrie touristique reçoit un coup de pouce d’Ottawa afin d’ajuster sa saison estivale au rythme de la COVID-19. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, plus de 70 millions de dollars seront investis afin de soutenir le secteur et faire la promotion de destinations canadiennes.

Le secteur du tourisme recevra d’abord plus de 40 millions de dollars des agences de développement régional. La ministre fédérale du Développement économique, Mélanie Joly, doit en faire l’annonce dimanche matin. L’argent devrait servir à soutenir les entrepreneurs touchés par la COVID-19 et à ajuster les infrastructures afin de respecter la distanciation physique.

L’argent pourra notamment servir à installer des parois de plexiglas, acheter de l’équipement de protection pour les employés et les visiteurs ou agrandir les aires d’attente.

La situation présente nous amène tous à relever des défis importants pour le tourisme, indique le PDG de l’Alliance de l’industrie touristique du Québec, Martin Soucy.

Des sommes à venir, l’Agence de développement économique du sud de l’Ontario recevra 30 millions de dollars, le nord de l’Ontario 7 millions, et l’Ouest canadien 3,5 millions.

Des sommes supplémentaires seront annoncées plus tard pour le Québec et les Maritimes. Le gouvernement fédéral espère que les provinces vont investir des sommes équivalentes.

Le tourisme représente un moteur économique important et des emplois locaux. C'est aussi l'un des secteurs les plus touchés par cette pandémie, indique la ministre Joly.

Publicité sur les marchés domestiques

Ottawa entend également redoubler ses efforts publicitaires dans le secteur touristique. Une somme de 30 millions de dollars sera dégagée afin de faire la promotion des attractions touristiques canadiennes.

Ce sont des sommes qui devaient être dépensées cette année aux États-Unis, en Chine ou au Mexique, pour attirer les visiteurs étrangers ici. Les interdictions et les restrictions de voyage forcent Destination Canada à revoir ses plans.

L’argent sera réinvesti pour inciter les touristes canadiens à visiter différents coins du pays.

Des campagnes de publicité régionales seront préparées et pourront être diffusées aussitôt qu’une région du pays sera prête à rouvrir ses portes au tourisme, indique une source au sein du gouvernement.

Les sommes seront disponibles pour les 18 prochains mois, afin de permettre une certaine flexibilité régionale dans la reprise des activités touristiques.

L’Alliance de l‘industrie touristique du Québec accueille favorablement la capacité de Destination Canada à s’adapter et à soutenir les provinces alors que la promotion se fera prioritairement sur le marché domestique pour les prochains mois.

Ensemble, nous sommes plus forts, indique le PDG Martin Soucy.

Des investissements importants, ajoute la ministre Mélanie Joly, au moment où notre économie recommence peu à peu afin de préparer la relance et revenir plus fort qu'avant.

Une goutte d’eau dans l’océan

Une bonne partie de l’industrie touristique risque cependant de rester sur sa faim. Selon Destination Canada, le secteur aurait besoin de 15 milliards de dollars pour soutenir les 60 % d’entreprises qui, selon ses projections, seront à court de fonds s’il n’y a pas de saison estivale.

Un rapport publié ce printemps par Destination Canada estime que, dans le meilleur des cas, l’industrie du tourisme au pays perdra 27 milliards de dollars et 194 000 emplois cet été.

Dans le pire des scénarios, ce sont 48 milliards de dollars et 337 000 emplois qui disparaîtront.

Les pertes d’emplois seraient les plus importantes en Ontario (128 000) et au Québec (81 000), puis en Colombie-Britannique (44 000), en Alberta (40 000) et dans les provinces atlantiques (19 000).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Tourisme

Économie