•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frontière Québec–Nouveau-Brunswick : un père en deuil de son fils lance un cri du cœur

Yvon Turgeon habite à Baie-Comeau depuis cinq ans.

Yvon Turgeon habite à Baie-Comeau depuis cinq ans.

Photo : page Facebook

Radio-Canada

Quelques jours après la mort d'un de ses fils, Yvon Turgeon doit vivre son deuil seul, à Baie-Comeau, loin de ses autres enfants et des membres de sa famille qui habitent au Nouveau-Brunswick. Il a de la difficulté à accepter la réglementation de la province, qui interdit les séjours aux résidents de l'extérieur, même pour assister à des funérailles.

Originaire du Nouveau-Brunswick, Yvon Turgeon s'est vu refuser une demande pour traverser la frontière afin d'aller rejoindre ses proches à Edmundston.

J’ai 49 ans et j’ai vécu 44 ans au Nouveau-Brunswick. Ce n’est pas drôle. Tu te fais rejeter de ta province.

Yvon Turgeon

Son fils est décédé vendredi à Vancouver. M. Turgeon a fait la demande pour rapatrier le corps au Nouveau-Brunswick et adressé une demande pour se rendre à Edmundston auprès la Croix-Rouge canadienne, tel que l'exige le gouvernement néo-brunswickois pour ceux qui souhaitent entrer dans la province pour des raisons personnelles ou familiales.

Selon les renseignements que vous avez fournis, votre demande ne correspond pas aux exigences de la médecin-hygiéniste en chef et ne permet pas de délivrer une autorisation d’accès au Nouveau-Brunswick, peut-on lire dans un courriel reçu par Yvon Turgeron en guise de réponse.

Les directives du gouvernement du Nouveau-Brunswick sont claires : les voyages pour assister à des funérailles ou des célébrations de la vie ne sont pas autorisés pour le moment, indique le site web de la province.

Des voitures attendent côte à côte à un point de contrôle routier.

Le point de contrôle d'Edmundston, à la frontière avec le Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Je suis très déçu, se désole M. Turgeon. J’étais prêt à faire les 14 jours de confinement. À Baie-Comeau, je n’ai pas de famille. Toute ma famille est au Nouveau-Brunswick, à Edmundston, mes autres garçons entre autres.

À la mi-mai, une fille, une veuve et quelques proches comptaient assister à la mise en terre de Rodrigue Guitard, mort d’un cancer au cerveau le 5 mars dernier. Cette famille originaire du Nouveau-Brunswick, mais demeurant maintenant à Pointe-la-Croix, en Gaspésie s'est d'abord vu refuser l’accès à la province voisine, pour finalement obtenir une autorisation quelques jours plus tard.

Avec les informations d'Alexandre Courtemanche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Coronavirus