•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Frappé à l'abdomen par un client qui refuse de se laver les mains

Un jeune préposé sous une tente au Marché public de Sainte-Foy

Un jeune préposé de 14 ans a reçu un coup de coude en plein abdomen par un client qui ne voulait pas se laver les mains

Photo : Radio-Canada / Audrey Paris

Une altercation entre un client qui ne voulait pas se laver les mains et un préposé du Marché public de Sainte-Foy pousse la directrice de l’endroit à prendre des mesures pour assurer la sécurité de ses employés

Vendredi, un jeune préposé de 14 ans a voulu asperger de désinfectant les mains d’un client comme le veut la recommandation de la santé publique. Celui-ci a refusé d'obtempérer, raconte Isabelle Brodeur, directrice du Marché public de Sainte-Foy.

À la sortie, le préposé a tenté une fois de plus de laver les mains du client, qui, excédé, a asséné un coup de coude dans l’abdomen du jeune homme.

L’incident s’est passé tellement rapidement que l’employé n’a pas pu identifier le client récalcitrant et n’a pas porté plainte à la police. Il se porte bien.

Isabelle Brodeur, directrice du Marché public de Sainte-Foy.

Isabelle Brodeur déplore l'incident de vendredi, mais souligne qu'il s'agit d'un geste isolé.

Photo : Radio-Canada / Audrey Paris

Bien qu’il s’agisse d’un cas isolé au Marché, Isabelle Brodeur a voulu sensibiliser les autres employés à ce genre de situation.

Tous les adultes sont au courant. On jette un coup d’oeil pour voir si ça se passe bien. C’est arrivé très rapidement, personne n’a pu intervenir, mais là, on va être beaucoup plus vigilant.

On n’avait pas rencontré une situation comme ça encore. C’est malheureux.

Isabelle Brodeur, directrice, Marché public de Sainte-Foy

Gérer l’impatience

On a eu quelques cas isolés, des gens qui ont perdu patience, qui sont moins courtois, recense le directeur des relations gouvernementales pour le Conseil canadien du commerce de détail, Jean-François Belleau.

Il craint maintenant une escalade de mécontentement avec le retour de la consigne dans les épiceries et supermarchés de la province.

La problématique c’est au niveau de la distanciation sociale et aussi avec les bouteilles brunes qui sont ramenées directement au comptoir de courtoisie.

La directrice du magasin du grossiste Le Frigo, Diane Guillot, souligne d'ailleurs que les clients ont hâte de retrouver une vie normale. Si au quotidien, les opérations se déroulent dans le calme, quelques-uns sont parfois impatients.

Ça dépend de l'attente qu'il y a à l'extérieur, s'il fait chaud, comme hier, les gens sont impatients. Ils ont hâte de rentrer à l'air climatisé, mais en général ça va bien, ajoute-t-elle.

Jean-François Belleau recommande aux gérants de commerce de détail d’appeler les forces de l’ordre si un client refuse de coopérer de façon significative.

Ce n’est pas la responsabilité ni de l’épicier ni des agents de sécurité de gérer ou de faire des arrestations quand un client pète les plombs.

Avec les informations d'Audrey Paris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Commerce