•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tourisme : un manque à gagner de 1,4 milliard $ pour la Ville d'Ottawa

Le Marché By déserté à Ottawa.

À Ottawa, le secteur du tourisme emploie 43 000 personnes.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Les activités touristiques font habituellement travailler 43 000 personnes à Ottawa. De plus, les visiteurs dépensent environ 2,2 milliards de dollars chaque année. Or, selon une analyse de Tourisme Ottawa, le secteur du tourisme de la ville pourrait se priver des deux tiers de ces dépenses cette année, soit 1,4 milliard de dollars.

C'est la semaine du tourisme au Canada, mais « l'ambiance est très différente cette année » dans l'un des secteurs les plus touchés par la pandémie de COVID-19, affirme le président-directeur général de Tourisme Ottawa. La plupart des festivals, réunions et autres événements sont annulés.

Une des raisons pour lesquelles le tourisme est à ce point perturbé, c’est que le tourisme est un bien périssable, explique Michael Crockatt, lors d'une réunion en ligne sur la façon dont l'économie d'Ottawa pourrait se remettre de la pandémie. Une nuit d'hôtel ou une excursion en bateau qui n'est pas vendue est perdue à jamais et ne peut pas être conservée pour être vendue plus tard.

Tourisme Ottawa suit de près les recherches sur la façon dont les gens pourraient reprendre leurs voyages. M. Crockatt prédit que les voyages hyperlocaux et les séjours viendront en premier, suivis des voyages en voiture dans la région et la province, car les gens sont plus à l'aise dans leur propre véhicule en ce moment.

Cela dit, M. Crockatt s'attend à ce que le tourisme soit parmi les dernières industries à se rétablir.

« Acheter local », demandent les défenseurs des entreprises

Des dirigeants de l’Ottawa Board of Trade, du Regroupement des gens d'affaires de la capitale nationale et de la Coalition des zones d'amélioration des affaires d'Ottawa participaient à cette réunion en ligne.

Les petites entreprises sont particulièrement touchées, a déclaré Mark Kaluski, président de la Coalition des zones d'amélioration commerciale d'Ottawa. Il a souligné que les petits magasins sont restés fermés, alors que les épiceries sont restées ouvertes, vendant des articles tels que des jouets pour enfants et de la vaisselle.

Acheter au niveau local plutôt qu'auprès d'un géant du commerce électronique est la chose la plus importante que les habitants puissent faire pour aider l'économie à se redresser, a ajouté M. Kaluski.

C'est facile d'avoir son colis sur le pas de la porte, mais votre argent s'évapore tout simplement de notre économie, a-t-il assuré.

Il a également exhorté les Ottaviens à ne pas utiliser d'applications tierces pour la livraison des restaurants, car elles s'octroient jusqu'à un tiers du prix sur la commande de nourriture. Il vaut mieux, dit-il, commander directement ses repas au restaurant.

Le maire Jim Watson a affirmé que les centaines de petites entreprises technologiques, les restaurants et les détaillants constituaient l'épine dorsale de notre économie.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour assurer la survie de certaines de ces entreprises lorsqu'elles auront le feu vert pour s'ouvrir, a expliqué M. Watson.

Bien que les municipalités disposent d'outils limités, Ottawa a fourni une boîte à outils sur la façon de rouvrir au fur et à mesure que la pandémie s'atténue.

Avec les informations de Kate Porter de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Tourisme