•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les faits marquants de la semaine dans l’Est-du-Québec

Des infirmières manifestent devant l'Hôpital de Rimouski.

Des infirmières ont manifesté à Rimouski pour leur droit aux vacances cet été.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Alors que les bilans des cas de COVID-19 montrent une relative stabilité dans l’Est-du-Québec, les intervenants des diverses sphères d'activités organisent le déconfinement à leur façon, en composant avec les contraintes liées aux consignes de sécurité. La saison touristique est au cœur des préoccupations.

Le dernier bilan des cas de COVID-19 dans l’Est-du-Québec, qui date du 29 mai, montre une augmentation de sept cas depuis celui du 22 mai, soit deux de plus au Bas-Saint-Laurent, quatre de plus en Gaspésie et aux Îles ainsi qu’un de plus sur la Côte-Nord.

Tableau illustrant le bilan des cas de COVID-19 : 48 au Bas-Saint-Laurent, 182 en Gaspésie et 115 sur la Côte-Nord.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bilan des cas de COVID-19 dans l'Est-du-Québec en date du vendredi 29 mai.

Photo : Radio-Canada

Le tourisme suscite des questions

Alors que Québec a annoncé officiellement la réouverture des campings, des marinas et des pourvoiries dès le 1er juin, les responsables des infrastructures récréatives et touristiques de l’Est-du-Québec se réjouissent, mais ont aussi beaucoup de questions sur la façon de faire.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent a précisé vendredi qu'il est recommandé pour les visiteurs qui arrivent dans l'Est de se placer en isolement pour 14 jours après leur arrivée.

Les rassemblements intérieurs sont toujours interdits. Les policiers pourraient donc intervenir si de tels rassemblements étaient organisés. Seuls les rassemblements extérieurs, qui réunissent un maximum de dix personnes peuvent avoir lieu.

Une femme marche avec son chien sur la plage sablonneuse de Cap-aux-Os

La distanciation sera toujours de mise cet été (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Par ailleurs, l’annulation de la saison estivale pour l’industrie des croisières frappera durement les entreprises partout au Québec.

Dans un autre ordre d’idées, près de 2500 interventions chirurgicales ont été reportées dans les établissements hospitaliers des trois régions de l’Est-du-Québec depuis le début de la crise du coronavirus. Les réseaux de la santé tentent de rattraper ces retards.

L’Est se prépare aussi à la réouverture des centres commerciaux lundi, suivant diverses règles visant à empêcher les rassemblements. Le nombre de clients sera entre autres limité.

La réouverture des musées, des comptoirs de prêt des bibliothèques et des ciné-parcs est autorisée depuis vendredi.

En Gaspésie

En Gaspésie, 182 personnes ont été infectées par le coronavirus depuis le début de la pandémie. Cependant, 161 personnes peuvent affirmer qu'elles sont guéries. De plus, huit résidents de la région sont décédés après avoir contracté le virus depuis le début de la crise.

La semaine s'est terminée sous le signe de l'inquiétude dans le secteur de Pointe-à-la-Croix et de la communauté de Listuguj alors que des cas de COVID-19 se sont déclarés à Campbellton, situé tout près, au Nouveau-Brunswick.

Vue sur Pointe-à-la-Croix à la sortie du pont interprovincial

La municipalité de Pointe-à-la-Croix est frontalière avec le Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Jeudi, on apprenait qu’au moins 150 personnes avaient été exposées à un médecin de la région de Campbellton qui a contracté la COVID-19, dont 50 travailleurs de la santé de l'Hôpital régional de Campbellton et 100 membres de la communauté.

Afin de faire face à une éventuelle éclosion du côté de Pointe-à-la-Croix, le CISSS de la Gaspésie y a aménagé un centre de dépistage.

Sur la pointe de la Gaspésie, l’école Bon-Pasteur de Sainte-Thérèse-de-Gaspé rouvrira lundi, après deux semaines de fermeture. Un élève avait contracté la COVID-19.

Aux Îles-de-la-Madeleine

Aux Îles-de-la-Madeleine, les annulations des réservations touristiques se multiplient. Une situation inquiétante que le maire attribue à la pandémie et à la confusion aux frontières provinciales.

Toutefois, la santé publique lève la quarantaine sur l’archipel deux semaines plus tôt que prévu.

Quatre voitures font la queue pour monter à bord du traversier

L'accès aux Îles est compliqué par la pandémie (archives).

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Le gouvernement du Québec a mis en ligne un nouveau formulaire d’autodéclaration obligatoire pour se rendre aux Îles-de-la-Madeleine ou en revenir en utilisant le traversier Cap-aux-Meules–Souris. Une patrouille visite les quais afin de s’assurer du respect des mesures d'hygiène et de distanciation mises en place pour contrer la pandémie.

Au Bas-Saint-Laurent

Le Bas-Saint-Laurent compte deux résidents de plus considérés comme guéris de la COVID-19. La région enregistre donc 40 guérisons sur les 48 cas confirmés de coronavirus. Deux personnes ont perdu la vie après avoir contracté dans la région depuis le début de la pandémie.

Des manifestants brandissent des drapeaux devant l'Hôpital de Rimouski.

Des professionnels de la santé manifestent devant l'Hôpital de Rimouski.

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Une vingtaine de professionnels de la santé ont manifesté devant l'hôpital de Rimouski pour le maintien de leurs semaines de vacances cet été.

Une marche aura lieu dimanche, à la frontière entre le Témiscouata et le Nouveau-Brunswick, afin que les autorités provinciales soient plus permissives en ce qui a trait aux déplacements entre ces deux secteurs.

Sur la Côte-Nord

Le CISSS de la Côte-Nord recense maintenant 115 personnes déclarées positives à la COVID-19. Les autorités sanitaires considèrent que 113 personnes sont maintenant rétablies. On ne déplore aucun décès en lien avec la maladie dans la région.

Des voitures en attente d'être contrôlées.

Point de contrôle routier près du traversier à Tadoussac (archives).

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Après deux semaines au beau fixe, un nouveau cas a été déclaré vendredi, le premier à survenir dans un milieu de vie pour aînés dans la région.

Après que le CISSS ait laissé planer une certaine incertitude quant à la levée des points de contrôle routiers prévue pour le 1er juin, le gouvernement du Québec réitère que les contrôles routiers seront levés lundi. Par contre, les points de contrôles resteront en place aux frontières de la Basse-Côte-Nord et du Nunavik.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !