•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ancien député Reed Scowen, défenseur des Québécois anglophones, est mort

Photographie en noir et blanc de Reed Scowen, de profil.

L'ancien député provincial libéral Reed Scowen

Photo : Gracieuseté

Radio-Canada

L’ancien député libéral et défenseur des droits des anglophones au Québec Reed Scowen est mort à l’âge de 88 ans.

Celui qui a été un proche conseiller de l’ancien premier ministre Robert Bourassa dans les années 1980 est mort jeudi à Toronto.

Reed Scowen a été député libéral pour la circonscription provinciale de Notre-Dame-de-Grâce de 1978 à 1987. Il était reconnu comme étant un fervent défenseur des droits des Québécois anglophones.

Né à Sherbrooke en 1931, il a étudié à l’Université Bishop’s à Lennoxville, puis à l’Université Harvard et à la London School of Economics.

Il était passionné par la politique, se souvient l’ancien ministre libéral Christos Sirros. Nous partagions l’idée que la politique était un acte noble. Que ce n’était pas à propos du pouvoir, mais c’était de forger des idées.

Parfaitement bilingue alors que la majorité des anglophones de l’époque s’intéressaient peu au français, Reed Scowen a longtemps été impliqué dans le milieu culturel québécois, devenant président de la Compagnie de danse Marie Chouinard dans les années 1990.

Selon M. Sirros, Reed Scowen a été celui qui a fait l’effort de définir la communauté anglaise du Québec. Ce n’était plus que des personnes de descendance anglaise, mais aussi des personnes qui parlaient anglais.

Un grand regret de M. Scowen a été de ne jamais avoir été nommé ministre au sein du cabinet de Robert Bourassa.

À la place, Reed Scowen a été nommé délégué du Québec à Londres, puis à New York.

De retour au Québec au début des années 1990, il a écrit trois livres sur la place des anglophones dans la province.

Son plus récent, Time to Say Goodbye : Building a Better Canada without Quebec, avançait l’idée que le Canada aurait connu plus de succès sans le Québec à l’intérieur de la Confédération.

Souffrant dans ses dernières années de la maladie de Parkinson, sa famille n’a pu être à ses côtés lors de son décès en raison de la pandémie de COVID-19.

Une cérémonie au cimetière Reedsville à North Hatley sera organisée à une date ultérieure.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique