•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des joueurs « en détresse » : la LCF doit établir un plan plus clair, dit Antoine Pruneau

Antoine Pruneau en entrevue

Antoine Pruneau souhaite que le commissaire de la Ligue canadienne de football prenne des mesures plus concrètes pour aider les joueurs.

Photo : Radio-Canada

Antoine Pruneau aurait dû se préparer pour le premier match préparatoire de sa septième saison dans la Ligue canadienne de football (LCF) vendredi soir. Or, le joueur du Rouge et Noir d’Ottawa passe plutôt une bonne partie de son temps au téléphone dernièrement, à essayer d’aider ses coéquipiers qui se retrouvent dans de fâcheuses situations financières en raison de la pandémie.

Les gars m’appellent, et là, c’est la détresse, lance Pruneau, qui est le représentant à Ottawa de l’Association des joueurs de la LCF. Il y a des joueurs qui me demandent de leur donner des sous, j’ai des joueurs qui me disent : "Qu’est-ce que je fais, comment est-ce que je peux aller chercher un revenu?"

Ça occupe mon esprit 24 heures sur 24. [...] Il faut comprendre que la plupart des joueurs n’ont pas eu de salaire dans les cinq derniers mois.

Antoine Pruneau, joueur du Rouge et Noir

Les footballeurs de la LCF auraient dû recevoir leur premier chèque de paye de la saison après l’ouverture des camps d’entraînement. Sauf que le début de saison est repoussé, probablement jusqu’en septembre, selon le commissaire du circuit. Pas de matchs, pas de paye pour les joueurs.

Il faut qu’on commence à parler de chiffres, affirme le maraudeur du Rouge et Noir. On est censés être en camp d’entraînement en ce moment et on est censés recevoir nos salaires. Je sais qu’il y a plein de gens qui vivent ça en ce moment, mais je trouve que le plan d’action d’autres organisations est plus clair.

La remarque vise directement la gestion de la crise par la LCF et son commissaire, Randy Ambrosie. Pruneau déplore que son circuit n’ait pas encore imité d'autres organisations sportives professionnelles, comme la Ligue nationale de hockey (LNH), en présentant des plans concrets en vue d’un retour.

Il faudrait que le commissaire soit plus clair dans ses intentions et qu’il se concentre sur ce qui est essentiel : quand on peut retourner à l’entraînement.

Antoine Pruneau, joueur du Rouge et Noir

Chaque semaine, on se fait dire : "On étudie de multiples scénarios", mais on ne voit pas le résultat. Moi, quand j’étudiais pour un examen, j’avais une date butoir à laquelle je devais fournir les réponses, illustre le Montréalais, qui reconnaît au passage la volonté des propriétaires de son organisation de présenter le meilleur produit possible, même dans les circonstances actuelles.

Il souligne que les joueurs sont à fleur de peau en raison de leur situation financière, mais aussi parce qu’ils doivent continuer à s’entraîner, sans avoir d’échéancier précis. Selon lui, la situation actuelle pourrait forcer la main de certains joueurs en les poussant à prendre leur retraite plus tôt, histoire de pouvoir gagner leur vie autrement.

À lire aussi :

La demande d’aide gouvernementale de la LCF : une farce, selon Pruneau

La Ligue canadienne de football a approché le gouvernement canadien, le mois dernier, pour obtenir une aide financière afin d'aider le circuit à passer à travers la crise de la COVID-19.

Ambrosie demandait 30 millions de dollars immédiatement, des sommes additionnelles pour une saison écourtée et jusqu'à 120 millions de plus en cas d'annulation du calendrier 2020. Le commissaire a indiqué mardi qu’il ne s’attendait pas à une réponse positive du fédéral.

Pruneau estime que le football canadien mérite une aide financière en raison des nombreuses retombées économiques, mais il déplore l’approche d’Ambrosie.

C’était une farce. Je suis vraiment déçu de la façon dont ça s’est passé, explique celui qui fait partie du Rouge et Noir depuis ses débuts. Tu ne peux pas demander une aide financière et ne pas ouvrir tes livres pour montrer où cet argent-là va aller. Je pense que c’est pour ça que l’Association des joueurs n’était pas présente cette journée-là.

Les athlètes canadiens peuvent profiter individuellement des programmes d’assistance mise en place en réponse à la crise. Leurs comparses américains, même s’ils ont choisi de vivre au nord de la frontière, pourraient attendre presque deux mois avant de pouvoir toucher une aide similaire.

Pruneau aurait aimé mieux défendre les couleurs du Rouge et Noir à ce moment-ci de l’année, mais il travaille d’arrache-pied pour soutenir ses coéquipiers d’une autre façon en attendant le retour du football. Il souhaite que le commissaire de la LCF prenne des mesures plus concrètes pour aider les joueurs.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Football