•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La protection de Reitmans contre ses créanciers est prolongée de 60 jours

Une enseigne Reitmans.

La chaîne de magasins Reitmans pourra continuer de disposer d'une protection contre les créanciers des compagnies.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

Le détaillant Reitmans, qui s'est placé il y a 10 jours sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), a vu son ordonnance initiale être prolongée vendredi de 60 jours, soit jusqu'au 29 juillet, par la Cour supérieure du Québec.

La chaîne de magasins de vêtements a indiqué avoir fait progresser la procédure aux termes de la loi avec l'aide du contrôleur Ernst & Young, et a ajouté que d'autres annonces seraient faites « à mesure » que les démarches se poursuivront.

Reitmans ne traîne pas de dettes à long terme, mais ses créances s'élevaient à environ 148 millions de dollars lors de l'annonce du recours à la LACC. Ce montant était composé en majorité de sommes dues à ses fournisseurs, mais aussi de bons-cadeaux, de sommes liées à son programme de récompense et d'obligations envers ses retraités.

Le détaillant pourrait aussi devoir d'importantes sommes à ses propriétaires immobiliers, puisque les loyers des mois d'avril et de mai n'ont pas été payés, avait indiqué Ernst & Young dans son rapport initial.

Avant de mettre à pied la quasi-totalité de son personnel à la fin de mars en raison de la pandémie de COVID-19, l'entreprise comptait quelque 6800 salariés et exploitait 576 magasins dans toutes les provinces et territoires sous les enseignes Reitmans, Penningtons, RW&CO, Addition Elle et Thyme Maternité.

Reitmans, qui poursuit ses activités par l'entremise des sites web de ses marques, a indiqué qu'elle entendait rouvrir tous ses magasins physiques conformément aux directives des gouvernements. Environ 380 magasins ont rouvert leurs portes jusqu'à maintenant, a-t-elle précisé vendredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Commerce

Économie