•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Christian Bégin se sent « privilégié » de reprendre Y’a du monde à messe

Christian Bégin pose les bras ouverts devant la chorale, dont les membres sont habillés en bleu.

Christian Bégin avec la chorale de l'émission «Y’a du monde à messe»

Photo : Facebook/Y’a du monde à messe

Radio-Canada

L’animateur Christian Bégin reprend vendredi soir le tournage de son émission Y’a du monde à messe, qui est diffusée en reprise sur Télé-Québec depuis le 3 avril en raison de la pandémie de COVID-19.

Obligation de répondre à questionnaire à l’entrée, port du masque, circulation à sens unique, interdiction à une autre personne que Christian Bégin d’entrer dans sa loge… Enregistrée dans une ancienne église, Y’a du monde à messe s’est adaptée au nouveau contexte sanitaire.

[Quand on accède à l’église], on rentre dans un monde orwellien, a résumé Christian Bégin, au micro de Catherine Richer, chroniqueuse culturelle de l’émission Le 15-18

L’émission du vendredi soir de Télé-Québec a revu le décor pour permettre le respect d’une distance de deux mètres entre les personnes invitées et l’animateur. 

Animer sans être tactile

La grande table qui trône au milieu du plateau a été reconfigurée, éloignant Christian Bégin des personnalités invitées.

Moi qui suis un être tactile qui aimait beaucoup toucher les invités, leur prendre la main, avoir cette proximité qui favorise le contact ou la conversation, il va falloir que la puissance des mots et l’envie d’être en communication transcendent l’espace qu’on a créé entre nous.

Les membres de la chorale présents sur le plateau doivent également se soumettre à la distanciation physique. 

Ils ne font pas corps de la même façon, constate Christian Bégin. 

À la défense des arts vivants 

Cette nouvelle réalité est d’autant plus frappante pour l’animateur qu’il vient de passer plus de deux mois à Kamouraska, dans le Bas-Saint-Laurent, où la pandémie de COVID-19 se faisait moins sentir.

Malgré ces contraintes, Christian Bégin se considère « extrêmement privilégié » de pouvoir pratiquer son métier en ce moment. 

J’ai tellement de confrères et de consœurs qui ne sont pas dans cette situation, confie-t-il. 

Cofondateur du collectif de théâtre les Éternels pigistes, Christian Bégin voit le milieu du théâtre souffrir de la crise de la COVID-19. Lui-même a vu ses trois projets de pièces annulés.

Christian Bégin a cosigné la lettre envoyée mardi par des centaines d’artistes de la scène à la ministre de la Culture et des Communications, Nathalie Roy.

Et il est triste, et en colère, de voir la culture ne pas être considérée comme une priorité par le gouvernement. 

Les trois secteurs les plus impactés vont être les arts, la restauration et le tourisme. Ça c’est le cœur battant d’une ville, [ce] qui lui donne une identité. Et c’est à ça qu’on va réfléchir en dernier.

Christian Bégin

La prochaine émission de Y’a du monde à messe sera diffusée le 5 juin sur Télé-Québec.

Avec les informations de Catherine Richer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Télé

Arts