•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une passion pour l’éducation intacte à 96 ans

Marguerite Maillet

Marguerite Maillet est une pionnière de la littérature pour enfants en Acadie.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Janique LeBlanc

La fermeture des écoles à cause de la pandémie de COVID-19 a été une source d’inspiration pour Marguerite Maillet. L’ancienne professeure et fondatrice des éditions Bouton d’or Acadie s’est tournée vers les réseaux sociaux pour partager des activités éducatives pour les enfants d’âge pré-scolaire.

J'étais vraiment très, très triste que les enfants n’allaient plus aller à l’école et aux garderies et que tout ça était fermé.

Marguerite Maillet, récipiendaire de l'Ordre du Canada

Cette tristesse pour les enfants en confinement a poussé Marguerite Maillet à l’action. En avril, l'ancienne professeure de l'Université de Moncton a commencé à partager sur Facebook des activités éducatives pour les enfants de 4 et 5 ans.

J’avais des activités toutes prêtes pour que les parents puissent aider les enfants qui étaient confinés à la maison, explique la pétillante dame de 96 ans.

Les parents peuvent guider leurs enfants dans ces activités qui aident à développer leur sens d’observation, à découvrir de nouveaux mots, à apprendre à compter ou à distinguer les couleurs et les formes, tout en s’amusant.

Ce sont des activités qu’elle a conçues dans les années 2000 pour aider les parents moins outillés à préparer leurs enfants pour l’école.

Marguerite Maillet.

Le visage de Marguerite Maillet s’illumine quand elle raconte des moments précieux passés avec des enfants apprenant rapidement ses comptines ou l’écoutant, captivés, raconter des histoires.

Photo : Radio-Canada / Guy LeBlanc

Au Nouveau-Brunswick, il y avait 60 % des parents qui étaient analphabètes. J’ai pensé, il faut que je fasse quelque chose. C’est trop triste de voir des enfants – et ce n’est pas de leur faute – qui ne sont pas prêts quand ils arrivent à l’école, se désole la récipiendaire de l’Ordre du Canada.

Plusieurs générations d’enfants stimulés

Une grand-mère acadienne, Rachelle Thébeau, apprécie beaucoup les activités éducatives partagées par Mme Maillet.

Rachelle Thebeau et sa petite fille Sunny.

Rachelle Thébeau et sa petite-fille, Sunny.

Photo : Gracieuseté

Ce qui est venu me chercher en premier sur sa page Facebook, ce sont ses comptines, parce que mon conjoint fait beaucoup de rimes avec ma petite-fille de 4 ans, bientôt 5 ans, dit-elle.

Pendant le confinement, Mme Thébeau a récité de ces comptines lors d’un appel vidéo avec la petite Sunny.

J’ai dit comme Mme Maillet le dit : ''Cogne la caboche'' et j’ai frappé [l’écran d’ordinateur] comme si je frappais son front. Elle a dit : ''Ça m’a même pas fait mal!'' raconte-t-elle avec enthousiasme.

Sunny.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La petite fille de Rachelle Thébeau, Sunny Harper.

Photo : Radio-Canada / Janique Leblanc

Mme Thébeau compte poursuivre les activités éducatives de Marguerite Maillet avec ses deux petites-filles maintenant qu’elle peut les voir en personne.

Son fils aîné, Marc Harper, aime lui aussi les activités que sa mère a faites à distance avec ses filles de 3 et 4 ans pendant le confinement.

Ça me donnait un peu de temps à me rattraper avec les courriels du travail et c'est l'fun de la voir lire les mêmes histoires qu'elle me lisait. La seule différence, c'est quand j'étais petit, on n’avait pas ces outils technologiques, dit-il alors que Sunny grimpe sur ses épaules et fait des grimaces à la caméra vidéo.

Rachelle Thebeau, Marc et Sunny HarperAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Rachelle Thébeau, Marc Harper et Sunny Harper

Photo : Radio-Canada / Janique LeBlanc

C’est incroyable ce que Mme Maillet fait encore pour l’Acadie, s’exclame Rachelle Thébeau.

Son plus jeune fils, Julien, 35 ans, se souvient très bien de Marguerite Maillet avec sa marionnette racontant Le petit chaperon rouge aux élèves de son école à Moncton.

Marguerite Maillet avec sa poupée magique.

Marguerite Maillet avec sa «poupée magique» racontant Le petit chaperon rouge.

Photo : Radio-Canada / Amélie Gosselin

Elle a touché l’univers de mon fils 20-30 ans passés et maintenant, elle touche l’univers de mes petites-filles. Imagine-toi les générations qu’elle a influencées. C’est beau, dit-elle, admirative.

L'importance des livres « par des Acadiens pour des Acadiens »

Donner le goût de lire et d’apprendre aux petits Acadiens est une mission que Marguerite Maillet poursuit depuis longtemps.

Quand elle enseignait le français aux étudiants de première année à l’Université de Moncton, la professeure de littérature avait remarqué que ses étudiants acadiens réussissaient moins bien que d'autres venant d'ailleurs, même s'ils étaient tout aussi intelligents.

Pour comprendre pourquoi, elle leur a demandé ce qu’ils lisaient.

Ils lisaient – et c’était obligatoire – Corneille, Racine, Molière et une pièce traduite de Shakespeare. Une fois qu’ils avaient lu ça, il n’y avait rien d’autre au programme, sauf un livre de Marguerite Michaud, raconte-t-elle.

Il n’y avait rien [qu'ils lisaient] qui avait été publié par des Acadiens pour des Acadiens. C’est là que j’ai fondé Bouton d’or Acadie.

Marguerite Maillet, pionnière de la littérature pour enfants en Acadie

Depuis sa création en 1996, cette maison d’édition a publié un vaste répertoire de livres pour enfants et jeunes francophones.

L'émerveillement comme secret de longévité

Aujourd’hui, Marguerite Maillet est heureuse que des parents et grands-parents continuent de faire ses activités éducatives et amusantes avec leurs enfants et petits-enfants. Les témoignages d’appréciation qu’elle reçoit la stimulent à continuer son travail d’éducation.

Marguerite Maillet.

Marguerite Maillet attribue sa grande forme au bonheur que lui procure son travail en éducation.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

À 96 ans, Marguerite Maillet est en pleine santé et elle ne prend aucun médicament.

Interrogée sur le secret de sa longévité, elle répond qu’elle a de bons gènes, car dans sa famille, on vit très vieux.

Elle rit aux éclats en racontant qu’en observant son énergie d’adolescente, sa mère lui disait qu’elle vivrait aussi vieille que sa grand-mère, décédée à 103 ans.

Plus sérieusement, mais toujours enjouée, elle attribue sa grande forme au bonheur que lui procure son travail en éducation.

C’est surtout parce que j’ai toujours travaillé, partout où j’étais, avec plaisir et très, très souvent avec émerveillement.

Marguerite Maillet, pionnière de la littérature pour enfants en Acadie

Un émerveillement qui se lit sur son visage et celui des enfants qui écoutent ses comptines et ses contes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Éducation