•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une deuxième vague de bienveillance pour l'initiative de Guillaume Morrissette

Un homme est dans sa voiture et tient une pancarte où il est inscrit ''Ça va bien aller.''

Guillaume Morrissette livre de la nourriture depuis les débuts de la crise de la COVID-19 aux gens dans le besoin.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Radio-Canada

Ce devait être la dernière journée de l'initiative lancée par l'écrivain mauricien Guillaume Morrissette, mais sa campagne de bienfaisance connaît finalement un second souffle.

Depuis le début de la pandémie au Québec, il a mis sur pied une collecte de fonds pour permettre la préparation de petits plats cuisinés pour les moins bien nantis. Après 2500 plats et 700 desserts préparés par de nombreux bénévoles, les fonds sont écoulés.

Les premiers, c'étaient des amis, mais ça s'est rapidement étendu. Maintenant, il y a beaucoup beaucoup de gens qui participent au projet, que je ne connais même pas!, se réjouit Guillaume Morrissette. Moi je me trouve à être l'entremetteur, je suis le char pas de moteur, ça me prend un moteur, ça me prend des roues.

Les gens aiment ça donner. Des fois, ils aiment juste avoir l'occasion de le faire. Il faut juste aller chercher cette occasion-là.

Guillaume Morrissette

Il y a quelques jours, il a annoncé la fin de la collecte, devant l'épuisement des fonds, sauf que la réponse qui a suivi a été inattendue; les dons ont commencé à affluer, si bien qu'il a mis sur pied une campagne de sociofinancement (Nouvelle fenêtre).

Il vise maintenant à amasser 10 000 $ pour poursuivre l'initiative jusqu'en septembre.

En moins de 24 h, il y a déjà près du cinquième de l'objectif de la collecte de fonds qui a été amassé.

Redonner au suivant

L’une des bénévoles qui préparent de la nourriture, Marie-France Létourneau, s’implique pour redonner à la communauté. Je vais être bien honnête avec vous : quand on était jeune, dans notre famille, on a eu besoin des gens. Alors moi je voulais donner au suivant.

Un homme présente un plateau de biscuits et une femme un plat de riz.

Jacques et Marie-France Létourneau cuisinent en temps de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Son mari, Jacques Létourneau, soutient que la période était propice à aider les gens dans le besoin : On devait être confinés donc c'était le moment idéal pour faire ça.

Tant que les fonds sont là, on continue. Moi j'ai le temps et la demande est là en ville. Si vous vous promenez au centre-ville, vous allez voir que la demande est là.

Guillaume Morrissette

Plus de 150 livres d'auteurs québécois ont aussi été joints aux petits plats, parce que Guillaume Morrissette, à titre d'écrivain, veut aussi nourrir l'esprit. Il a notamment regarni la bibliothèque de la Maison Carignan. Il aimerait poursuivre ce volet de l'initiative si le besoin se manifeste.

D’après les informations de Marie-Ève Trudel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Pauvreté