•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un autobus de dépistage de passage chez COMSEP à Trois-Rivières

Des gens font la queue dans un stationnement pour accéder à une clinique mobile.

L'une des cliniques mobiles de dépistage de la COVID-19 a passé quelques heures dans le stationnement de l'organisme COMSEP, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Radio-Canada

Une clinique de dépistage mobile de la COVID-19 était de passage vendredi dans le stationnement de l'organisme COMSEP, dans les premiers quartiers de Trois-Rivières.

Les tests se sont déroulés dans un autobus de la STTR transformé en clinique pour le bénéfice du CIUSSS MCQ.

C'est l'organisme communautaire qui a eu l'idée d'inviter la clinique mobile dans sa cour.

Vendredi, ce sont 33 tests de dépistage et 11 interventions psychosociales qui ont été réalisés. Mais la chaleur semble en avoir découragé quelques-uns.

La directrice de COMSEP, Sylvie Tardif, a pensé que la présence de la clinique pourrait toutefois inciter plusieurs personnes du quartier à se faire dépister.

La clinique de dépistage fixe la plus proche se trouve à quelques kilomètres, au Centre Cloutier-du Rivage.

Ce n'est pas loin pour ceux qui peuvent se rendre en voiture, mais [les gens des premiers quartiers] n’ont pas [toujours] de voiture, ils n’ont pas d’argent nécessairement pour prendre l’autobus alors on s’est dit : "si ça vient dans leur quartier, ça va être plus facile pour eux de se déplacer", a fait valoir la directrice de l’organisme.

Pour se rapprocher des patients

C’est d’ailleurs pour ces mêmes raisons que les autorités régionales de santé publique ont créé ces cliniques de dépistage mobile.

Jusqu'à maintenant, les quatre cliniques mobiles qui sillonnent le territoire de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont effectué 720 dépistages et 78 interventions psychosociales.

L'objectif des ces cliniques mobiles est de 50 à 100 par jour.

Ça permet d’aller rejoindre de la population, des gens qui ne seraient pas venus probablement dans les cliniques physiques qu’on a, a souligné Patrick Lebel, qui coordonne pour le CIUSSS MCQ l’ensemble des cliniques mobiles et les cliniques de dépistage et d’évaluation.

Une infirmière insère un écouvillon dans le nez d'un homme.

Les cliniques de dépistage mobile du CIUSSS MCQ peuvent faire de 50 à 100 tests par jour.

Photo : Radio-Canada

Les gens qui se présentent aux cliniques mobiles doivent actuellement présenter des symptômes de la COVID-19 pour être dépistés.

Il y a des gens qui viennent à la clinique mobile et qui ne se qualifient pas, ils n’ont pas les critères de dépistage, mais on est capable de leur faire des enseignements sur les saines habitudes: les deux mètres, comment porter le masque, la désinfection des mains, a indiqué Patrick Lebel.

Des gens discutent dans un stationnement.

Des intervenants sociaux étaient présents pour donner des informations et répondre aux questions des gens venus passer le test de dépistage.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Des intervenants psychosociaux étaient d’ailleurs sur place pour discuter avec les gens et les référer à certains services au besoin.

L’occasion de venir sur le terrain, dans les quartiers, dans les milieux, on est au cœur de leur vie, donc c’est beaucoup plus facile de créer une relation, a expliqué Nadia Duguay, intervenante sociale, dont le rôle est de dépister ceux davantage fragilisés par la situation au niveau de leur santé mentale.

Dépister pour prévenir

Lors de l’arrivée de l’autobus en fin d’avant-midi, une douzaine de personnes faisaient déjà la file.

Sylvie Bouchard, qui réside dans le quartier, s’est présentée à la clinique de dépistage pour avoir la conscience tranquille. C’est près de chez moi et ça va être fait, je vais être soulagée, a-t-elle fait valoir.

Un objectif que partage Conrad Caron. À titre de bénévole pour COMSEP, il distribue de l’aide alimentaire et des masques, entre autres à des personnes âgées. Je ne veux pas prendre de chances, vu que je fais du bénévolat après, je ne veux pas transmettre à personne.

D’autres personnes se sont présentées à la clinique sur les conseils des autorités de Santé publique, notamment parce que certaines ont été en contact avec des personnes infectées.

Il y a actuellement en Mauricie et au Centre-du-Québec dix cliniques de dépistage dans des bâtiments et quatre cliniques mobiles qui sillonnent le territoire.

Avec les informations de Marilyn Marceau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Coronavirus