•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cyanobactéries : les riverains du Lac Fortune veulent des réponses

Un homme debout sur un quai au bord d'un lac, sur lequel on peut voir plein de taches blanches.

Les riverains du lac Fortune ont observé des algues blanchâtres à la surface de l'eau il y a quelques semaines.

Photo : Gracieuseté de l'Association des riverains du Lac Fortune

L’Association des riverains du lac Fortune réclame que le ministère de l’Environnement fasse la lumière sur l’apparition d’une cyanobactérie nommée planktothrix sur leur lac.

Il y a deux semaines, des membres de l'Association des riverains du lac Fortune ont observé un étrange phénomène : des algues rosées et blanchâtres ont été aperçues à la surface de l'eau.

Des échantillons ont alors été prélevés et envoyés au ministère de l’Environnement.

Un pot de verre transparent rempli de morceaux blancs dans l'eau.

Un résident a récolté les algues qui se trouvaient à la surface de l'eau dans un pot.

Photo : Gracieuseté de l'Association des riverains du Lac Fortune

Il s’avère qu’il s’agissait finalement de planktothrix, une cyanobactérie présente sur quelques plans d’eau de la province.

Le planktothrix peut être toxique et peut alors présenter des dangers pour les animaux et les humains qui en consomment, comme le rapporte le professeur en chimie de l’environnement à l’Université de Montréal, Sébastien Sauvé .

Habituellement, c’est lié à la présence d’excès d’azote et de phosphore et c’est plutôt inhabituel d’avoir une éclosion lors de la fonte des glaces, nous a expliqué Sébastien Sauvé.

De nombreux riverains boivent l’eau du lac Fortune depuis plusieurs années et aimeraient donc obtenir des réponses de la part du ministère de l’Environnement et de la Santé publique afin de savoir s’ils peuvent continuer à la boire.

On n’a pas plus d'information que ça, on sait que c’est toxique, mais c’est quoi les conditions favorables pour la prolifération? On est pas mal dans le néant, affirme la secrétaire de l'Association des riverains du lac Fortune, Denise Voynaud.

Photo vue de haut de la rive avec un quai, avec plein de taches blanches dans l'eau du lac.

Vue de haut d'une partie de la rive du lac Fortune.

Photo : Gracieuseté de l'Association des riverains du Lac Fortune

Denise Voynaud demeure au lac Fortune depuis 33 ans, et c’est la première fois qu’elle aperçoit ce phénomène.

La plupart des gens boivent l’eau du lac, on est facilement une trentaine, même ceux qui ont des puits prennent l’eau du lac. Nous, on la boit depuis des années et on n’a pas de problème à date, on a des filtreurs, tout simplement. Ce qui est souhaitable, c’est que quelqu'un fasse une recherche là-dessus pour qu’on puisse avoir un comportement humain compatible avec la qualité de l’eau du lac. On est toujours préoccupé par ça, ajoute Denise Voynaud.

Comme beaucoup de cyanobactéries, elle peut produire des toxines qui sont toxiques avec beaucoup d’impacts sur la santé ; le foie, les reins et les irritations, des diarrhées, des troubles gastro-intestinaux, donc a priori quand il y a présence de cyanobactéries visibles dans un lac, il faudrait vérifier la qualité de l’eau avant de la consommer, précise Sébastien Sauvé.

Les cyanobactéries sont maintenant disparues de la surface du lac, ce qui complique la recherche selon Sébastien Sauvé, mais peut représenter une bonne nouvelle pour les riverains.

Si on ne voit plus d’algues, je ne serai pas inquiet pour boire ou me baigner. Il faudrait faire des tests comme toute eau qu’on veut boire, mais ce genre de toxines, ce n’est pas un truc qui reste dans l’eau très longtemps, soit elles vont se dégrader, soit elles vont être collées sur les cellules et se déposer au fond de l’eau. Je serais par contre inquiet au moment où il y avait un couvert d’algues, là, il y avait probablement des toxines qui étaient larguées de façon un petit peu plus continue, précise Sébastien Sauvé.

La Direction de la Santé publique en Abitibi-Témiscamingue nous a fait savoir que le dossier est maintenant du ressort du Ministère de l’Environnement, ainsi que de la municipalité de Rouyn-Noranda.

Au ministère, on nous a dit être en attente d’un retour du laboratoire sur les échantillons prélevés.

Pour ce qui est de la consommation d’eau du lac par les riverains, le ministère affirme par courriel que l’eau de surface non traitée ne devrait en aucun temps être considérée comme potable. Il appartient au propriétaire de s’assurer de la qualité de son eau potable toujours selon le ministère.

Un impact sur les autres lacs?

L’Association des riverains du lac Fortune réclame que le ministère de l’Environnement élucide cette situation. Pour le bien de leur lac, mais aussi pour savoir si ces cyanobactéries pourraient contaminer d’autres lacs.

Le lac Fortune est à la tête des lacs, c’est de l’eau de source qui l’alimente. C”est le bassin versant du Témiscamingue, alors en plus, il se déverse dans plusieurs autres lacs. Est-ce que ça peut circuler dans les autres lacs? Je ne le sais pas, mais c’est possible, affirme Denise Voynaud.

Les poissons qui mangent ce genre de trucs pourraient aussi être plus affectés, mais si on ne fait pas d’analyses, on peut se poser la question, mais on ne saura pas exactement, ajoute Sébastien Sauvé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Protection des écosystèmes