•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa attend toujours les boîtes noires de l’avion abattu par l’Iran

Un bout d'aile d'avion repose sur le sol.

Des équipes de secours travaillent sur le lieu de l'écrasement du Boeing d'Ukraine International Airlines, près de Téhéran.

Photo : Getty Images / AKBAR TAVAKOLI

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral cherche toujours à amener l'Iran à remettre les enregistreurs de bord de l'avion de ligne ukrainien qui s'est écrasé à Téhéran le 8 janvier dernier, affirme le ministre des Transports, Marc Garneau.

Le 11 mars dernier, le ministre Garneau a participé à une réunion de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) à Montréal, où un représentant de l'Iran s'est engagé à ce que son gouvernement rende les enregistreurs de vol aux autorités ukrainiennes d'ici le 25 mars.

L'Iran a déclaré que ses efforts ont été concentrés sur la crise de la COVID-19 qui a ravagé le pays, rapporte M. Garneau, mais le régime doit toujours remettre les boîtes noires pour honorer ses obligations en vertu du droit international de l'aviation civile.

Les boîtes noires sont toujours en Iran et nous continuons de faire pression pour leur transfert.

Marc Garneau, ministre fédéral des Transports

Le vol 752 d'Ukraine International Airlines avait été touché par deux missiles iraniens peu après son décollage de l'aéroport de Téhéran, tuant les 176 personnes à bord, dont 55 citoyens et 30 résidents permanents canadiens.

Le Royaume-Uni, l'Ukraine, l'Afghanistan et la Suède ont également perdu des citoyens dans cette tragédie, et ils ont formé une alliance avec le Canada pour faire face à l'Iran.

Ils exhortent le gouvernement iranien à coopérer à l'enquête en toute transparence afin de faire la lumière sur la cause du tir de missiles et de l'écrasement et d'indemniser les proches des victimes.

Après avoir nié toute responsabilité dans l’écrasement de l’appareil, l’Iran a fini par admettre l’avoir abattu par erreur, quelques jours plus tard.

Par la suite, Téhéran a déclaré vouloir garder les enregistreurs de vol. Ses équipes de secours avaient retrouvé les deux boîtes noires de l’appareil.

Ces boîtes noires sont essentielles à l'enquête menée sur l'écrasement de l'appareil.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !