•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, le gel hydroalcoolique ne prend pas feu dans une voiture exposée à la chaleur

De nombreuses publications, avec images-chocs de portières incendiées, laissent entendre qu’une bouteille de gel hydroalcoolique peut prendre feu lorsqu'elle est laissée dans un véhicule en temps de grandes chaleurs.

Capture d'écran tirée d'une publication Facebook évoquant le danger d'incendie lié à la présence de flacons de gel hydroalcoolique laissés dans un véhicule durant les périodes de grandes chaleurs.

Capture d'écran tirée d'une publication Facebook évoquant le danger d'incendie lié à la présence de flacons de gel hydroalcoolique laissés dans un véhicule durant les périodes de grandes chaleurs.

Photo : Capture d'écran - Facebook

La pandémie actuelle a entraîné son lot de mises en garde non fondées portant sur des risques qui n’existent pas dans les faits. À cette liste il faut désormais ajouter les avertissements sur les dangers allégués d’incendies liés aux bouteilles de gel hydroalcoolique de type Purell.

Le gel hydroalcoolique est une véritable menace dans une voiture surchauffée, peut-on lire dans un article relayé de nombreuses fois sur Facebook.

En lien avec ce type de publications, une responsable des ressources humaines d’une entreprise québécoise a écrit aux Décrypteurs après avoir constaté l’inquiétude des employés. Nos employés nous reviennent beaucoup avec de l’information concernant les gels hydroalcooliques qui prennent feu si laissés dans une voiture à la chaleur, nous a-t-elle écrit par courriel.

Questionné à ce sujet, le chimiste Mathieu Frenette est catégorique :

Qu'un gel dans l’auto prenne feu par lui-même, c’est absolument impossible.

Mathieu Frenette professeur au Département de chimie de l'UQAM

Les gels hydroalcooliques sont généralement produits à base d’éthanol, une forme d’alcool éthylique qu’on trouve dans ces solutions dans une proportion de 60 % à 90 %, selon M. Frenette.

Or, pour que ce produit prenne feu par la simple exposition à la chaleur dans l'habitacle d’une voiture, il faudrait que la température à l’intérieur du véhicule atteigne un niveau extrême. Ça prendrait des températures d’au moins 360 degrés Celsius pour que ce gel-là prenne feu par lui-même, précise Mathieu Frenette tout en soulignant qu’avec une température extérieure de 35 degrés, la chaleur dans une voiture atteint au maximum environ 60 degrés en moins d’une heure.

Dans cette optique, la seule possibilité réelle de voir votre bouteille de gel hydroalcoolique prendre feu dans votre voiture surviendrait si vous exposiez de manière intentionnelle la bouteille à une source directe de chaleur. Selon M. Frenette, ça serait possible avec ce gel-là de créer du feu avec une source d’ignition, mais il faudrait vraiment essayer, ce n’est pas quelque chose qui va se faire de façon accidentelle très très facilement, estime le chimiste.

Quant aux risques d’inflammabilité si la bouteille reste ouverte, encore là, les risques sont minimes étant donné l’addition d’eau pour minimiser les effets de l'évaporation de l’alcool. Si vous gardez votre bouteille ouverte, ça se peut que l’éthanol s’évapore et que ça diminue un peu l’efficacité de votre gel... mais pour les risques de feu, il faut simplement ne pas l’exposer à des sources de chaleur, de feu et des étincelles, recommande Mathieu Frenette.

Le parcours d’une fausse rumeur

Selon des analyses de l’Institut Poynter (Nouvelle fenêtre) et de l’AFP (Nouvelle fenêtre), ces fausses rumeurs sur l’auto-ignition des gels hydroalcooliques ont circulé bien avant la pandémie, en Thaïlande, au Costa Rica et au Brésil.

Une des origines de cette rumeur non fondée découlerait de la mise en ligne d’une vidéo en 2015 dans laquelle des jeunes Saoudiens mettent le feu à un habitacle fermé d’une voiture après avoir malencontreusement combiné la flamme d’un briquet avec l’utilisation d’une bombe aérosol.

Capture d'écran tirée d'une vidéo YouTube mise en ligne en 2015 dans laquelle un incendie se déclare à l'intérieur d'un véhicule en Arabie saoudite. L'incendie avait alors été causé par la manipulation d'un briquet à proximité d'une bombe aérosol.

Capture d'écran tirée d'une vidéo YouTube mise en ligne en 2015 dans laquelle un incendie se déclare à l'intérieur d'un véhicule en Arabie saoudite. L'incendie avait alors été causé par la manipulation d'un briquet à proximité d'une bombe aérosol.

Photo : Capture d'écran - YouTube

Au Brésil, il a suffi, à la fin avril, qu’une voiture prenne feu pour que cet incendie soit immédiatement associé par des internautes à la présence alléguée d’une bouteille de gel hydroalcoolique dans l’habitacle du véhicule.

Capture d'écran d'une publication sur Facebook où l'on attribue faussement l'origine d'un feu dans une voiture à la présence d'un flacon de gel hydroalcoolique.

Capture d'écran d'une publication sur Facebook où l'on attribue faussement l'origine d'un feu dans une voiture à la présence d'un flacon de gel hydroalcoolique.

Photo : Capture d'écran - Facebook

Un site local de vérification de faits a aussitôt démenti la rumeur (Nouvelle fenêtre). Le feu s’était en fait déclaré dans le moteur et aucun récipient de gel hydroalcoolique ne se trouvait à l’intérieur de la voiture.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Science