•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le diocèse s'oppose à ce que l'église du Très-Saint-Sacrement soit patrimoniale

L'église du Très-Saint-Sacrement est fermée définitivement.

Photo : Radio-Canada

Le diocèse de Québec s’oppose à ce que l’église du Très-Saint-Sacrement soit classée bien patrimonial. Le diocèse a consulté ses avocats et entend contester l’intention de la ministre de la Culture.

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, a signé le 20 mai un avis d’intention de classer l'église située à l'angle du chemin Sainte-Foy et de l'avenue Saint-Sacrement comme bien patrimonial.

En devenant bien patrimonial, elle serait obligatoirement restaurée et protégée.

Une décision que l’évêque auxiliaire de Québec a bien du mal à s’expliquer.

Nous sommes très étonnés, très surpris, et jusqu'à un certain point : sous le choc. Cette église-là a eu de graves problèmes structurels. Nous allons nous opposer de toutes nos forces à cette déclaration comme monument historique, par tous les moyens qui sont à notre disposition. Nous ne comprenons pas la décision, affirme Marc Pelchat.

Pour justifier cette décision, le cabinet de la ministre Roy dit avoir reçu la demande des citoyens de Québec qui souhaitaient ardemment préserver la valeur patrimoniale de l’église Très-Saint-Sacrement. Le ministère reconnait aussi la valeur patrimoniale du bâtiment.

Église du Très-Saint-Sacrement à Québec. Le bâtiment n’est plus sécuritaire pour la population.

Le bâtiment de l'Église du Très-Saint-Sacrement à Québec, n’est plus sécuritaire pour la population.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Dommages majeurs

L’église du Très-Saint Sacrement a été désacralisée et est fermée depuis le mois de septembre dernier.

Une partie de la façade ouest de l’église s’est effondrée à deux reprises. Des blocs de pierre se sont détachés de la structure et un des clochers présente aussi une faiblesse.

Les travaux nécessaires pour sécuriser l’église du Très-Saint-Sacrement sont évalués à 3 millions de dollars.

Le diocèse et la fabrique doivent investir 100 000 $ par année pour maintenir les lieux sécuritaires. Marc Pelchat soutient que l’église du Très-Saint-Sacrement a une faible valeur patrimoniale.

Il n'y a rien à faire avec ce bâtiment-là, malheureusement. C'est un bâtiment que nous avons aimé, un monument considérable, très visible, mais c'est un monument qui ne tient plus. C'est un géant aux pieds d'argile, affirme-t-il.

De son côté, le ministère mentionne que lorsqu’un bâtiment est classé en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, ses propriétaires peuvent bénéficier de sommes importantes pour le préserver."

Église à vendre

Le lieu de culte est en vente depuis plus d'un an et la fabrique de la paroisse n'avait pas prévu exiger du nouvel acquéreur que l'église soit conservée, ce qui laissait place à une démolition.

Un projet immobilier était d’ailleurs envisagé.

Appuis à la préservation

Le conseiller municipal du secteur, Yvon Bussières et le regroupement citoyen S.O.S. Saint-Sacrement, militent depuis longtemps pour la préservation de cet ancien lieu de culte.

S.O.S. Saint-Sacrement a notamment déposé une pétition de 10 000 signatures.

L’initiateur du mouvement, Louis Bélanger, est convaincu que l’église peut être convertie en projet communautaire.

C'est une bonne nouvelle pour le quartier. Ça va nous permettre d'avoir le temps de formuler un projet viable en collaborant avec les organismes du quartier. Il y a des besoins de locaux, mentionne-t-il.

Yvon Bussières est du même avis.

Est-ce que l’école internationale de Saint-Sacrement a besoin de locaux? Est-ce que la Saint-Vincent-de-Paul pourrait revenir au sous-sol de l’Église? Est-ce que l’église, comme Saint-Charles-de-Limoilou, peut revenir à la communauté pour répondre à des besoins? Elle est emblématique, plaide-t-il.

Fardeau financier

En attendant la décision finale du gouvernement, le diocèse et la fabrique doivent continuer de préserver l’église du Très-Saint-Sacrement, un fardeau colossal selon Marc Pelchat.

L’évêque auxiliaire de Québec ne croit qu’un projet viable peut y voir le jour. Il cite l’exemple d’une autre église du diocèse.

Nous avons déjà deux grandes églises, en plus de Saint-Sacrement, qui sont fermées. Saint-Jean-Baptiste est un monument historique de grande valeur patrimoniale. Ça fait cinq ans qu'on cherche un projet rentable, illustre-t-il.

Bref historique

L’église du Très-Saint-Sacrement est étroitement liée à l'histoire du quartier Saint-Sacrement.

Elle  a été construite de 1920 à 1924.

Selon le communiqué émis par le ministère de la Culture, cette église est représentative de l'architecture religieuse des premières décennies du 20e siècle par sa monumentalité et son style inspiré des lieux de culte médiévaux.

L'église contient également des vitraux exécutés par le maître verrier Marius Plamondon entre 1953 et 1961, et du mobilier intégré dessiné par l'architecte Adrien Dufresne entre 1943 et 1951.

La décision de la ministre de la Culture arrive quelques jours avant le dépôt d'un rapport annuel de la Vérificatrice générale, dont la gestion du patrimoine au Québec fait partie intégrante.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Histoire