•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dissensions à Windsor sur le façon de mener certains tests de dépistage de la COVID-19

Une personne en uniforme de professionnel de la santé qui tient un écouvillon.

Les écouvillons sont de petites tiges munies de brosses à l'extrémité permettant d'aller chercher des sécrétions et des cellules dans le nez.

Photo : Radio-Canada / Montage

Radio-Canada

Une série de courriels, obtenus par CBC dans le cadre de la Loi sur l’accès à l’information municipale et la protection de la vie privée, révèle des désaccords importants entre le médecin hygiéniste du Bureau de santé publique de Windsor-Essex et le PDG de l’Hôpital régional de Windsor au sujet des protocoles de test dans les centres de soins pour les personnes âgées.

Le bras de fer entre le Dr Wajid Ahmed et David Musyj concerne le fait d’autoriser ou non les ambulanciers paramédicaux à effectuer des tests de dépistage dans ces centres alors que le nombre de cas commençait à s'y multiplier.

Portrait  d'un homme en costume

David Musyj est le PDG de l'Hôpital régional de Windsor

Photo : CBC/Alex Brockman

Les 65 pages de courriels contiennent des échanges animés entre les deux hommes entre le 1er mars et le 25 mai. Ils révèlent un Musyj frustré suppliant le Dr Ahmed de permettre aux ambulanciers des services médicaux d'Essex-Windsor de procéder à ces tests. 

On y apprend aussi que les tests ont été programmés, annulés puis reprogrammés.

La dispute tourne également autour sur la question de savoir qui devrait être testé et qui devrait le faire.

Un médecin pose devant la caméra lors d'une entrevue.

Le Dr Wajid Ahmed est le médecin hygiéniste du Bureau de santé Windsor-comté d'Essex.

Photo : Radio-Canada / Alex Brockman/CBC

Selon le Dr Ahmed, il faut se concentrer sur les éclosions et non sur les personnes asymptomatiques. Il écrit que le mieux serait que le personnel des foyers en question et procèdent lui-même au dépistage.

Dans un courriel daté du 1er mai, David Musyj critique cette approche.

Je ne veux vraiment pas jouer à ce jeu. La vie des gens est en danger, écrit-il.

Dans un autre courriel, le Dr Ahmed répond en lettres majuscules : Ceci n'est pas un jeu et veuillez ne pas me rappelez pas que la vie des gens est en danger.

Il arrive aussi que le Dr Ahmed dise à M. Musyj que ses remarques sont inappropriées lui rappelant qu'il relève de son conseil d'administration et non de lui.

Contactés par CBC, le Dr Ahmed et M. Musyj ont tous deux refusé de commenter le dossier.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Windsor

Santé