•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La DG du Cégep de Lévis-Lauzon en congé de maladie

La façade extérieure du Cégep de Lévis-Lauzon photographiée de jour, au printemps.

Le directeur des études, Guy Patterson, assurera l'intérim à la direction générale du cégep.

Photo : Radio-Canada / Hans David Campbell

La directrice générale du Cégep de Lévis-Lauzon, Isabelle Fortier, qui a récemment essuyé les critiques d’une juge administrative dans un dossier de plainte pour harcèlement psychologique, va s’absenter durant une période indéterminée pour des raisons de santé.

La présidente du conseil d’administration de l’établissement, Danielle-Maude Gosselin, en a fait l’annonce dans un communiqué interne envoyé jeudi aux membres du personnel.

Je vous avise que [...] Mme Isabelle Fortier m’a informée que sous recommandation de son médecin, elle se trouve en congé de maladie depuis aujourd’hui (jeudi), écrit la présidente du C. A.

Le directeur des études, Guy Patterson, assurera l’intérim à la présidence générale du cégep jusqu’au retour de Mme Fortier.

Si son absence se prolonge, le conseil d’administration procédera à une nomination officielle à titre intérimaire lors de sa prochaine séance, prévue le 9 juin, précise Danielle-Maude Gosselin.

Gestion de crise

La direction du Cégep de Lévis-Lauzon est en mode de gestion de crise depuis que le Tribunal administratif du travail a condamné l’établissement à verser 42 000 $ à un ex-cadre victime de harcèlement psychologique.

La juge Myriam Bédard a adressé plusieurs reproches à Isabelle Fortier dans sa décision. La magistrate a notamment souligné la charge disciplinaire brutale de la directrice générale à l’endroit du cadre Martin Hénault.

Isabelle Fortier accorde une entrevue à Radio-Canada en marge d'un point de presse.

La directrice générale du Cégep de Lévis-Lauzon, Isabelle Fortier

Photo : Radio-Canada

Le Cégep de Lévis-Lauzon a l’intention de demander une révision du jugement. Réunis en séance extraordinaire samedi dernier, les administrateurs ont annoncé la création d’un comité chargé d’analyser et d’assurer un suivi du processus de révision judiciaire.

Ils ont également commandé un diagnostic organisationnel pour recenser les problèmes dans les relations de travail et le fonctionnement du cégep et obtenir des recommandations.

L’intervention du ministre réclamée

Les syndicats représentant les employés du Cégep de Lévis-Lauzon jugent ces actions insuffisantes. Ils déplorent que le C. A. n’ait pas adopté de mesures visant à mettre fin au harcèlement psychologique.

La CSN, à laquelle sont affiliés le syndicat des professeurs et celui du personnel de soutien, a d’ailleurs interpellé le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, jeudi, afin qu’il intervienne.

Dans une lettre ouverte, la présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN), Ann Gingras, enjoint à Jean-François Roberge de rassurer les employés et de réitérer que les tactiques d’intimidation et de harcèlement psychologiques n’ont pas leur place dans un lieu d’enseignement.

Monsieur le ministre, il faut envoyer un message clair que les choses vont changer. Il est urgent d’assainir le climat de travail et de restaurer la confiance des personnes qui se dédient, tous les jours, pour faire rayonner le Cégep de Lévis-Lauzon tant pour ses milliers d’étudiantes et étudiants que toute sa communauté, écrit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Relations de travail