•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS de la Côte-Nord se dit prêt pour la levée des points de contrôle

Un policier questionne un automobiliste près de l'embarcadère du traversier de la rivière Saguenay.

Le point de contrôle policier de Tadoussac.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Radio-Canada

Deux semaines après avoir obtenu de la Direction de santé publique le maintien des points de contrôle routiers limitant l’accès à la Côte-Nord, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) se dit prêt à la réouverture de la région le 31 mai.

Les autorités avaient décidé de reporter de deux semaines la réouverture de la région pour avoir le temps de mieux sensibiliser les citoyens aux mesures sanitaires à respecter.

Après avoir indiqué qu'elle attendait la décision définitive de la santé publique du Québec jeudi après-midi, la direction du CISSS a publié un communiqué en fin d'après-midi pour confirmer que les barrages routiers seraient bel et bien levés le 31 mai.

Dans un communiqué, le CISSS précise : les personnes provenant de l’extérieur de la région peuvent séjourner chez des membres de leur famille. Cependant, il faut respecter les consignes (distanciation, lavage des mains, port du couvre-visage) et qu’un isolement de 14 jours chez l’hôte est fortement recommandé. Soulignons que les déplacements interrégionaux devraient encore se faire pour des raisons essentielles.

Entre autres mesures, le CISSS rapporte avoir profité du maintien des contrôles pour augmenter sa capacité de dépistage du nouveau coronavirus. Entre cette semaine et la semaine dernière, le nombre de prélèvements sanguins passait de 230 à 364 pour la Côte-Nord. C'est une augmentation de 58 % du nombre de tests réalisés dans la région.

Selon le CISSS, les hôpitaux sont mieux préparés.

L'hôpital Le Royer à Baie-Comeau

L'hôpital Le Royer de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Le médecin-conseil en santé publique au CISSS de la Côte-Nord, Dr Stéphane Trépanier, ne voit pas d’obstacles à la levée des contrôles. Tout est au vert pour ouvrir le 31 du côté de l’ouest de la Côte-Nord, dit-il. Il n’y a rien qui nous laisse croire que ça ne se ferait pas le 31 [mai] à Tadoussac comme prévu.

Le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, se dit favorable à la fin des barrages routiers. Certains citoyens se disent prêts et satisfaits de la levée à venir, alors que d’autres demeurent inquiets.

Discussions avec les différentes communautés

La direction du CISSS dit être en discussion avec les différentes MRC de la Côte-Nord, particulièrement avec les secteurs plus vulnérables ou isolés de la région.

La Minganie serait prête au déconfinement, mais la question est plus délicate en Basse-Côte-Nord. Le préfet de la MRC du Golfe-du-Saint-Laurent, Randy Jones, serait favorable à ce que les résidents puissent circuler, mais pas nécessairement à ce que les visiteurs puissent entrer sur le territoire de la Basse-Côte-Nord pour le moment.

Des pagayeurs prennent la pause au cœur de l'archipel de Mingan.

La Minganie serait prête pour le déconfinement.

Photo : Mathieu Bourdon, Noryak

Du côté autochtone, il n'y a pas de stratégie commune. Alors que Pessamit a déjà amorcé un déconfinement partiel en avril, la communauté innue d'Ekuanitshit entend demeurer fermée aux visiteurs jusqu'en septembre. La communauté met en place de nouvelles mesures pour éviter la propagation de la COVID-19 au sein de sa population, explique le chef d'Ekuanitshit, Jean-Charles Piétacho.

Pour démontrer qu’on veut protéger nos membres et ne pas permettre au virus d’entrer dans la communauté, à partir du 31 mai, on aura un appareil frontal pour prendre la température de nos membres qui vont arriver de l'extérieur, mentionne-t-il.

Le chef rappelle que sa population est particulièrement à risque, notamment en raison du nombre élevé de problèmes de santé dans la communauté. Également, la surpopulation dans les logements contraint souvent plusieurs générations à cohabiter sous le même toit.

Le village innu d'Ekuanitshit

Le village innu d'Ekuanitshit

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Acceptabilité sociale essentielle

Selon le Dr Stéphane Trépanier, l'acceptabilité sociale de tous est essentielle à la levée des barrages.

Dans toutes les MRC de la Côte-Nord, on répond aux critères de l’OMS qui vont pour un assouplissement des mesures, donc un déconfinement de la région Côte-Nord, indique-t-il. Par contre, on veut vraiment pouvoir parler à tout le monde, comme en Basse-Côte-Nord ou aux communautés autochtones. On a déjà une bonne acceptabilité sociale.

Le médecin ajoute que les discussions vont se poursuivre pour s'assurer que tout le monde est à l'aise.

Avec les informations de Nicolas Lachapelle et d'Alexie André Belisle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Coronavirus