•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La famille d'une femme qui a fait une chute mortelle réclame justice

Un égoportrait d'une jeune femme souriante qui porte des écouteurs.

Regis Korchinski-Paquet était une jeune femme fière de ses origines, une gymnaste douée et une bénévole engagée au sein de sa paroisse, selon l'avocat qui représente la famille.

Photo : Facebook/Regis Korchinski-Paquet

Mercredi en fin de journée, un appel à l'aide au 911 a tourné au drame pour une famille torontoise. Regis Korchinski-Paquet, 29 ans, faisait une crise d'épilepsie, selon sa mère qui a contacté la police.

La crise s'accompagnait de problèmes mentaux, et pour éviter que la situation dégénère, Claudette Korchinski-Beals voulait que sa fille soit transportée au Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH).

Peu après l'arrivée des policiers, Regis Korchinski-Paquet a fait une chute mortelle d'un balcon du 24e étage.

Selon l'avocat Knia Singh, qui représente la famille, les policiers étaient seuls dans l'appartement avec la jeune femme quand le drame est survenu.

Il ne s'agissait pas d'un appel pour un acte criminel. Il n'y avait pas d'arme. Elle ne représentait pas un danger pour les policiers, a-t-il déclaré jeudi. Donc, il faut expliquer comment il se fait que Regis soit morte. C'est très suspect.

L'avocat Knia Singh en point de presse

L'avocat Knia Singh

Photo : CBC

L'Unité des enquêtes spéciales (UES), qui enquête lorsqu'un citoyen perd la vie lors d'une intervention policière, a été saisie du dossier. Conséquemment, la police de Toronto ne peut parler des circonstances qui ont mené à cette fin tragique.

Le chef de police Mark Saunders, conscient que cette affaire cause bien des remous au sein de la communauté, assure l'UES de la pleine collaboration du Service de police de Toronto à l'enquête.

Soyons très clairs, a-t-il affirmé dans une déclaration écrite, comme tout le monde, nous voulons savoir ce qui s'est passé.

Quand une mort tragique survient dans la communauté, nous voulons et avons tous besoin de réponses, écrit pour sa part le maire John Tory, qui encourage les témoins et ceux qui ont des informations sur ce qui s'est passé à contacter l'UES.

Un mémorial improvisé à la mémoire de Regis Korchinski-Paquet

Un mémorial improvisé à la mémoire de Regis Korchinski-Paquet

Photo : CBC

Regis Korchinski-Paquet était une jeune femme fière de ses origines ukrainienne et néo-écossaise, une gymnaste douée et une bénévole engagée au sein de sa paroisse, selon l'avocat Knia Singh.

Comment une demande d'aide a-t-elle pu mener à une perte de vie? , demande-t-il. La famille veut obtenir justice et réclame des réponses, poursuit Me Singh, qui ne comprend pas pourquoi les professionnels de la santé mentale de la police de Toronto n'étaient pas sur place.

Il ajoute que depuis l'affaire Andrew Loku, la police de Toronto devrait savoir comment agir avec les personnes en situation de crise. L'homme originaire du Soudan du Sud brandissait un marteau quand il a été abattu par des policiers dans un édifice pour les personnes atteintes de problèmes de santé mentale, en 2015.

Une campagne de sociofinancement a été lancée pour aider la famille. Une manifestation est également prévue au parc Christie Pits samedi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Forces de l'ordre