•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Alberta veut plus d’écoles à charte et davantage de latitude pour l’école à domicile

Une fillette fait des devoirs à la table de cuisine.

Selon le gouvernement albertain, le projet de loi 15 élargira les options en matière d'éducation dans la province.

Photo : getty images/istockphoto / hedgehog94

Le gouvernement albertain a déposé son projet de loi sur le choix en éducation. S’il est adopté, le projet de loi 15 permettrait entre autres aux familles faisant l’école à domicile d’échapper à la supervision d’une autorité scolaire reconnue et faciliterait la création de nouvelles écoles à charte dans la province.

Présentement, les familles qui font l’école à la maison doivent s’enregistrer auprès de leur autorité scolaire locale, laquelle est chargée, au moins deux fois par année, de s’assurer du bon apprentissage des enfants.

Grâce aux modifications proposées à la Loi sur l’éducation dans le projet de loi 15, les familles qui le désirent n’auront cependant plus à être supervisées par une autorité scolaire. Toutefois, celles qui choisissent cette option ne recevront plus d’aide financière de la province pour l’enseignement à domicile.

La liberté de choix des parents en matière d’éducation pour leurs enfants n’est pas une préférence politique, mais un droit fondamental, a déclaré le premier ministre albertain, Jason Kenney, en conférence de presse.

Selon lui, le projet de loi 15 permettra de réaffirmer le droit des parents de choisir le type d’éducation qu’ils veulent donner à leur enfant, conformément à la section 26.3 de la Déclaration des droits de la personne.

Les parents, et non les politiciens, savent ce qui est le mieux pour leurs enfants.

Jason Kenney, premier ministre albertain

Plus d’écoles à charte

Le Projet de loi 15 veut également faciliter la création de nouvelles écoles à charte en permettant la soumission de projets pour l’ouverture de nouveaux établissements au ministre de l’Éducation plutôt que de s’adresser d’abord aux conseils scolaires.

Pour l’instant, l’Alberta compte 13 écoles à charte. Le gouvernement albertain espère cependant que la levée, l’année dernière, de la limite du nombre maximal d’écoles à charte dans la province, autrefois au nombre de 15, encouragera la création de nouveaux établissements de formation professionnelle.

Nous espérons que de nouvelles écoles à charte seront créées pour répondre à la demande dans le système public, indique Jason Kenney.

Selon la ministre de l’Éducation, Adriana Lagrange, le gouvernement n’a reçu aucune nouvelle proposition de projet d’école à charte depuis que le plafond a été éliminé.

Plus de compétitivité

Selon Jason Kenney, le fait de permettre plus d'options offertes aux élèves et à leurs familles permettra de créer davantage de compétition et, par conséquent, d’améliorer la qualité du système d’éducation dans la province.

Ce qui m’inquiète le plus, c'est que le gouvernement veut imposer une logique de marché au secteur de l’éducation. Cela veut dire qu’il crée un système basé sur la compétition entre les écoles et les différents types d’éducation au lieu de se concentrer sur le développement du meilleur système d’éducation publique possible et accessible à tous, déplore pour sa part Joel French, directeur de Public Interest Alberta.

L’Alberta détourne des centaines de millions de dollars du système d’éducation public vers des écoles privées. Cela fait en sorte que le système d’éducation public ne reçoit pas autant d’argent qu’il le devrait, ajoute-t-il.

Il précise également que les écoles à charte et les écoles privées n’ont pas à rendre de comptes à des conseils scolaires élus, comme c’est le cas pour les écoles publiques.

Je crains que ce projet de loi n’américanise encore plus le système d’éducation albertain. Je crois qu’il sert à justifier les coupes budgétaires dévastatrices dans notre système public, lequel est ouvert à tous les élèves et où une majorité des jeunes de la province sont scolarisés, affirme quant à elle la porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale