•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après 72 ans sous le nom de Saskatchewan Arts Board, l'organisme devient SK Arts

Une peinture d'une scène forestière hivernale.

La peinture Now That's Some Easy Wood Right There, de Catherine Joa, est une des nouvelles acquisitions de SK Arts.

Photo : Catherine Joa

Radio-Canada

Le Saskatchewan Arts Board change d'identité après une révision de ses stratégies de communication. L’organisme sera désormais connu sous le nom de SK Arts.

L’organisme, régi par le Saskatchewan Arts Board Act de 1997, ne change toutefois pas de mandat, ni de nom officiel. Il ne s’agit que d’un changement de l'image de la marque dans ses activités quotidiennes et ses communications publiques, selon son directeur, Michael Jones, qui précise que le nouveau nom se prononce Sask Arts.

Il dit que l’organisme a effectué un bilan de ses stratégies de communication pour analyser la perception publique de l’organisme : Nous nous sommes vraiment penchés pour savoir si notre identité avait besoin d'être rafraîchie, pour mettre l'accent sur les arts plutôt que sur la structure, afin que l'identité elle-même reflète l'incroyable héritage que nous avons.

Le changement est bien reçu par Anne Brochu Lambert, la présidente du Conseil culturel fransaskois. Venant d'une organisation qui a près de 70 ans, moi, je trouve que c'est plutôt bon signe qu'elle fasse preuve de modernité et qu'elle soit à même de se présenter dans le monde avec une image rafraîchie qui reflète le dynamisme des pratiques artistiques de la Saskatchewan dit-elle.

Même son de cloche de la part d’Annie Bérubé, artiste en arts visuels de Saskatoon :Le nouveau nom reflète une approche plus inclusive. L’effet du mot board était un peu relié à l’administration. On pouvait même s'imaginer une certaine hiérarchie de pouvoir, un peu comme les corporations et leurs conseils d’administration. Elle se questionne cependant sur les raisons de ce changement : Ça donne l’impression que l’organisation se perd dans des détails au lieu de prendre ses responsabilités qui sont, selon moi, de s’assurer que les demandes de fonds sont bien fondées.

SK Arts a travaillé avec une firme de design de Regina, Bradbury Brand + Design Experts, pour concevoir un nouveau logo aux couleurs primaires, mais aussi avec un S qui se reflète dans le A. Une façon d'illustrer comment les arts d’ici reflètent la province dans son ensemble, selon Michael Jones.

Nous ne sommes pas une entreprise qui fabrique des gadgets, nous nous occupons d'art et de personnes créatives.

Michael Jones, directeur de Sask Arts

Ce nouveau nom est plus accessible, selon Michael Jones : De nombreuses agences artistiques provinciales doivent être bilingues en vertu de la loi, mais ce n'est pas le cas en Saskatchewan. Le Sask Arts Board n'a jamais eu de nom français, mais le nom SK Arts fonctionne dans les deux langues.

Si l’organisation n’a toutefois pas l’intention d’officialiser l’usage d’un nom francophone, elle dit que SK Arts invite les artistes à proposer des projets en français : Nous acceptons les demandes en français, tant que nous avons le temps de traduire le document pour le comité d'évaluation. Lorsque nous avons des candidatures en français, nous invitons toujours un évaluateur qui peut lire le matériel dans sa langue d'origine.

Quelle place pour les communautés francophones?

Le directeur de SK Arts avoue mal connaître le Conseil culturel fransaskois, mais dit que le travail qui est effectué par les autres organisations de services artistiques de la province est très précieux : Ce n'est pas le même travail que le nôtre. Néanmoins, nous espérons que nos efforts se complètent.

La présidente du Conseil culturel fransaskois dit que c’est une relation qui doit être développée : Parce que nous sommes principalement financés par Sask Culture, de ce fait, Sask Arts a par moments de la difficulté à concevoir que nous avons dans notre mandat aussi la professionnalisation des artistes. Ils auraient tout avantage à nous appuyer dans cet effort. Ils l’ont fait dans le passé de façon ponctuelle. C'est une discussion que nous devons continuer à avoir.

Créée en 1948 par le gouvernement de Tommy Douglas, l’organisation est le plus ancien bailleur de fonds public pour les arts en Amérique du Nord, et le deuxième dans le monde entier, après l'Art Council of Great Britain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Arts