•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD ontarien demande le déconfinement des régions moins touchées par la COVID-19

Une rue vide.

Le déconfinement de certaines régions de l'Ontario pourrait se faire de façon sécuritaire dès maintenant, selon plusieurs experts en santé publique.

Photo : CBC/Keith Whelan

France Gélinas, députée provinciale de Nickel Belt et critique de l’opposition officielle en matière de santé, demande au gouvernement ontarien de permettre la réouverture de certaines régions avant d’autres, plutôt que d'opter pour une approche uniforme pour la province.

Mme Gélinas explique qu’elle fonde sa demande sur l’avis de plusieurs experts en santé publique, en rappelant qu’il faudra continuer de faire preuve de prudence pendant les prochaines phases de déconfinement.

Il y a de plus en plus de données probantes qui démontrent que le déconfinement et l’ouverture de nos communautés peuvent se faire de façon sécuritaire, mais pas toujours en même temps, dans un territoire aussi grand que l’Ontario.

France Gélinas, députée provinciale de Nickel Belt

Elle cite l'exemple de l’Alberta, qui maintenu le confinement à Calgary tout en permettant une reprise ailleurs dans la province, ou encore du Québec qui a assoupli les règles en région avant de le faire à Montréal.

France Gélinas parle en entrevue.

France Gélinas affirme que beaucoup de résidents de sa circonscription lui parlent de déconfinement régional.

Photo : Radio-Canada

Quand je parle aux médecins hygiénistes de ma région, il me semble que c’est une stratégie qui pourrait aller de l’avant, ajoute la porte-parole de l'opposition officielle en matière de santé.

Dans notre région, je dirais que nous sommes fort probablement à la fin de notre première vague de COVID-19, a déclaré plus tôt cette semaine la médecin hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts, la Dre Penny Sutcliffe.

Nous avons protégé notre hôpital et nos travailleurs de la santé. Nous avons protégé notre population âgée qui est vulnérable dans les maisons de soins de longue durée. Les gens se sont présentés pour des tests.

Dre Penny Sutcliffe, médecin hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts

En date du 28 mai, il n’y a pas de cas actifs connus sur le territoire desservi par Santé publique Sudbury et districts et il en reste 12 dans l'ensemble du Nord de l'Ontario, avec seulement 2 nouveaux cas dans les 7 derniers jours.

Des experts de la région de Toronto abondent dans le même sens.

L'épidémiologiste et professeur à l'Université de Toronto Jeff Kwong pense les consignes en vigueur à Sault-Ste-Marie ou à Sudbury pourraient être différentes des directives pour la région de Toronto.

Refus répétés du gouvernement

Au début du mois, le médecin hygiéniste de la région de Kingston a écrit une lettre au bureau du premier ministre demandant une approche régionale pour alléger les restrictions, car cette région a aussi eu moins de cas que les autres régions de la province.

La réponse est non, a déclaré le premier ministre Doug Ford en réaction à cette demande. Nous devons gérer la province comme un seul bloc.

Le premier ministre Doug Ford, entouré des ministres Christine Elliott et Rod Phillips.

M. Ford craint notamment que les Torontois soient tentés de visiter des régions déconfinées, par exemple pour aller au restaurant.

Photo : Radio-Canada

Le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, fait preuve d’un peu plus d’ouverture que M. Ford sur cette question, mais craint aussi que certaines personnes puissent décider de se déplacer.

La création de barrages routiers sur les principales routes ontariennes, pour limiter les déplacements non essentiels, ne serait pas viable selon France Gélinas, qui a posé la question au gouvernement.

La Police provinciale de l’Ontario n’a pas suffisamment de ressources pour contrôler la circulation, surtout sur la route Transcanadienne.

Mme Gélinas indique qu’elle a l’intention de continuer de demander le déconfinement par région, même si le premier ministre s’y oppose.

Les gens sont en train de perdre confiance dans les décisions que M. Ford prend pour le Nord, et en temps de pandémie c’est très difficile à gérer.

France Gélinas, députée de Nickel Belt

Quand on voit une différence entre ce que les experts en santé publique nous disent et ce que le premier ministre nous dit, les conflits risquent de se multiplier, conclut-elle.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Santé publique