•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Peu de recyclage en temps de pandémie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des matières recyclables.

Des matières recyclables

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, la majorité des Commissions de services régionaux ne considèrent pas le service de recyclage comme essentiel. Résultat : les bacs bleus prennent le chemin du dépotoir et les ordures augmentent.

Seul un centre tri est resté ouvert depuis le début de la pandémie au Nouveau-Brunswick : celui de Western Valley. Situé dans une région rurale, le centre recevait déjà peu de matériel, mais les gestionnaires des installations ont vite fait de prendre les précautions nécessaires pour rester ouverts.

Distance de 6 à 12 pieds entre les employés, distribution de gants, mise à l'écart des déchets pendant 72 heures avant de les trier. Même les résidents ont été mis de la partie : ils doivent désinfecter leur bac avant et après la collecte.

Carte des centres de tri dont le service est suspendu, maintenu ou suspendu temporairement au Nouveau-Brunswick.

Carte des centres de tri dont le service est suspendu, maintenu ou suspendu temporairement au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Louise Duguay

Une autre région poursuit toujours son service de recyclage, celle du sud-ouest du Nouveau-Brunswick. Mais elle compte sur un centre de tri au Québec, à quelques kilomètres de la frontière, qui est demeuré fonctionnel.

Dans le cas de toutes les autres régions, les sacs bleus, tout comme le compost, prennent directement le chemin du dépotoir depuis le mois de mars.

Ça a frustré bien des gens, admet Marie-Ève Castonguay, directrice générale par intérim de la Commission de services du Nord-Ouest. Mais il faut comprendre la réalité des choses, ce n’est pas de notre ressort non plus.

Dans le Nord-Ouest, l’organisme local qui s’occupe du tri est forcé de faire des rénovations pour respecter les nouvelles normes de distanciation. À d’autres endroits, ce sont les employés qui ont fait pression pour que les installations ferment parce qu’ils ne se sentaient pas en sécurité.

Pour le sociologue en environnement Ronald Babin, l’éventail d’approches dénote un manque de cohésion dans la gestion des déchets à l’échelle provinciale.

Il y a une douzaine de régions, tout le monde y va un peu à sa manière. Ce n’est pas mauvais en soi, mais en même temps, vu l’importance de l’environnement, la nécessité de recycler, de réduire, il faudrait qu’il y ait des approches un peu plus musclées, suggère-t-il.

À Fredericton, le gouvernement indique être en contact avec chacune des commissions pour les aider à s’adapter aux nouvelles réglementations. Mais pas question d’imposer une approche concertée. Nous ne pouvons pas nous prononcer sur leur situation individuelle, indique un porte-parole du ministère de l’Environnement par écrit.

Augmentation des déchets

Pendant que se font attendre les livraisons de masques et de gants, en plus des travaux d’amélioration des installations, la quantité d’ordures qui ne trouvent pas une deuxième vie augmente.

Infographie présentant l'augmentation ou diminution de déchets par région au Nouveau-Brunswick.

Production de déchets au Nouveau-Brunswick pendant le mois de mars et avril 2020 comparativement à l'année dernière.

Photo : Radio-Canada / Louise Duguay

Les deux tiers des régions ont noté une hausse des déchets qui sont enfouis par rapport à l’année dernière. Au Restigouche, on enregistre une augmentation de 40 % des ordures résidentielles.

Dans d’autres secteurs cependant, on remarque plutôt une diminution. En effet, ces commissions de services s'occupent de peu de résidences, et davantage de commerces roulent au ralenti depuis la crise.

Cette augmentation des déchets montre que le recyclage a ses limites, croit Agnès Le Rouzic, chargée de campagne pour Greenpeace.

Le problème avec notre système, c’est qu’on a tout misé sur le recyclage et qu’on n’a pas regardé la réduction à la source, explique-t-elle.

Les Commissions de services régionaux encouragent les résidents à conserver leurs matières recyclables, puisque plusieurs rouvriront leurs portes dans les prochains jours.

C’est le cas d’ÉCO360, dans le Sud-Est, qui reprend du service à partir du 28 mai. En raison du recul du plan de rétablissement, la région du Restigouche ne reprendra pas les collectes du recyclage initialement prévues pour le 8 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !