•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il s'inquiéter des tiques et de la maladie de Lyme en Abitibi-Témiscamingue?

Une tique à moitié rentrée dans sur la peau du ventre d'un enfant.

Le jeune garçon s'est fait piquer par une tique alors qu'il jouait dans sa cour arrière.

Photo : Gracieuseté de Jamie Picard

Annie-Claude Luneau

Une mère du quartier Évain à Rouyn-Noranda a eu toute une surprise quand elle a retrouvé une tique sur le ventre de son enfant.

Hier en fin de journée, vers 19 h, on prenait un spa et j’ai vu que sur le ventre de mon fils, il y avait des pattes qui sortaient, la tête était rentrée dans le ventre. On n’a pas essayé de l’enlever, pour être sûrs de l’enlever comme il faut, on est allé directement à l’urgence, raconte Jamie Picard qui a eu la désagréable surprise de trouver une tique agrippée au ventre de son garçon de 6 ans.

Photo non-daté du U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

Les tiques à pattes noires sont actives dès que la neige fond et elles peuvent transmettre la maladie de Lyme.

Photo : The Associated Press / James Gathany

On ne s’attend pas à ça du tout, surtout que j’habite dans le village d’Évain, pas dans le fin fond du bois, et il n’était pas allé joué dans le bois, juste sur le terrain, ajoute Jamie Picard.

Jamie Picard s’est donc rendue à l’hôpital, où un médecin a retiré la tique et l’a envoyée en laboratoire pour analyse.

Il l'a enlevée et il est parti avec la tique pour la faire analyser pour voir si elle est porteuse de la maladie de Lyme. On va avoir les résultats on ne sait pas quand, alors ça, c’est un peu inquiétant, conclut Jamie Picard.

La maladie de Lyme

C’est que les tiques peuvent être porteuses de la bactérie Borrelia burgdorferi, la bactérie associée au développement de la maladie de Lyme, une infection qui peut provoquer des rougeurs, mais aussi des lésions cutanées et même des problèmes neurologiques et cardiaques si elle n’est pas traitée dans les premières semaines.

C’est cependant rare en Abitibi-Témiscamingue, selon la médecin-conseil en maladies infectieuses, Nicole Bouchard.

Ce n’est pas impossible, toutes les régions du Québec sont jugées à risque. La tique peut se trouver en Abitibi-Témiscamingue, mais c’est vraiment dans le sud du Québec où les risques sont plus élevés, indique-t-elle.

Une piqûre de tique.

Une rougeur sur la peau, à l’endroit de la piqûre, apparaît dans 60 % à 80 % des cas d’infection. Elle s’étend rapidement, notamment en forme d’anneau ou de cible.

Photo : iStock

La maladie de Lyme est une maladie à déclaration obligatoire depuis 2003. Deux cas ont été déclarés en Abitibi-Témiscamingue en 2019, et 1 cas l’année précédente.

Dans l’enquête, on évalue la probabilité du lieu d'acquisition la plus plausible et dans les trois cas, on a pu confirmer ou avoir une bonne idée que l’infection n’avait pas été acquise ici. Mais encore une fois, ce n’est pas impossible d’acquérir l’infection ici, ajoute Dre Bouchard.

Pour prévenir l’infection, Dre Bouchard conseille d’éviter les herbes longues où se cachent généralement les tiques, d’appliquer du chasse-moustiques lors de randonnées en forêt et de bien observer sa peau en revenant des activités extérieures.

C’est tout petit. Un adulte, c’est la grosseur d’une graine de sésame, alors quand ce n’est pas gorgé de sang, ce n’est pas gros. Il faut vraiment observer la peau et retirer la tique. Retirer la tique en faisant bien attention, en prenant une toute petite pince, en la prenant la plus près possible de la peau, pour ne pas écraser l’abdomen de la tique qui pourrait faire entrer la bactérie à l’intérieur de la peau, suggère Dr Nicole Bouchard.

Pour ce qui est de Jamie Picard, la mère de famille compte s’informer auprès d’un médecin pour voir si son fils peut obtenir un traitement préventif.

Selon le site web du gouvernement du Québec, un traitement préventif par antibiotique n’est pas recommandé sauf dans certaines situations dans les régions de l’Estrie, de la Montérégie, de l’Outaouais et de la Mauricie-Centre-du-Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Santé publique