•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise de la consigne : des détaillants furieux contre le gouvernement Legault

Un compacteur de contenants consignés inactif en raison de la COVID-19.

Le retour de contenants consignés doit reprendre le 8 juin au Québec, au grand dam de plusieurs détaillants en alimentation.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Des détaillants en alimentation fustigent le gouvernement Legault pour sa décision de reprendre la récupération des contenants consignés à partir du 8 juin.

L'échange de contenants consignés était impossible depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Tout d'un coup, le gouvernement de façon cavalière décide de déchirer une entente qu'il avait lui-même signée. C'est un peu particulier, déplore Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques et gouvernementales chez l'Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA).

Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques et gouvernementales chez Association des détaillants en alimentation du Québec, en entrevue dans une rue de Québec.

Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques et gouvernementales chez Association des détaillants en alimentation du Québec (ADA)

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Selon lui, les commerçants ont appris jeudi que l'échange des contenants reprendrait de façon régulière à partir du 8 juin.

Des détaillants avaient toutefois organisé des collectes ponctuelles. Certains ont également procédé à des aménagements temporaires à l'extérieur. Le tout avec l'aval du gouvernement.

Selon M. Lacasse, la distanciation physique imposée par la pandémie ne permettra tout simplement pas de reprendre la collecte des contenants dans tous les magasins.

Choisir entre deux contraventions

À L'Intermarché Saint-Joseph dans le quartier Saint-Roch à Québec, le gobe-canettes est inactif depuis plusieurs semaines.

Pour y accéder, les clients devront se laver les mains, reprendre leur sac de contenants vides, puis traverser le magasin et les caisses pour se retrouver dans l'allée de sortie des clients, énumère le propriétaire Éric Courtemanche-Baril.

Je risque d'avoir une amende si je ne ramasse pas les bouteilles et les canettes, mais je risque aussi une amende si je ne respecte pas les normes de distanciation sociale demandées par la CNESST, illustre-t-il, en ajoutant qu'il croit que la mesure mettra ses employés à risque.

Les Travailleurs et travailleuses unis de l'alimentation et du commerce (TUAC) dénoncent également la reprise de la récupération des contenants consignés.

Le syndicat affilié à la FTQ déplore ce qu'il juge être un double discours quant à la distanciation physique.

Si c'est bon pour les campings à l'extérieur, pourquoi ça ne serait pas bon à l'intérieur pour les travailleurs des épiceries?, s'interroge la porte-parole Roxane Larouche.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Environnement