•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de logements à Vancouver et à Victoria, mais les locataires en situation précaire

Vue sur trois tours à logements. Plan rapproché sur les fenêtres des édifices.

Plusieurs logements sont disponibles à Vancouver, notamment en raison de la pandémie qui limite l'arrivée de touristes dans la métropole.

Photo : CBC / Christer Waara

Le marché de la location est touché par la pandémie, et si certains observent une baisse des prix et une augmentation des logements disponibles à Vancouver et à Victoria, beaucoup de locataires se trouvent toutefois incapables de tirer profit des circonstances favorables.

Il y a beaucoup plus de logements disponibles ces jours-ci, remarque Mike Leung, associé de Birds Nest Properties, une firme de gestion de location d’habitations à Vancouver.

Les prix auraient même baissé de 10 %, selon lui.

Ça s’expliquerait par le fait que des logements habituellement loués au moyen de la plateforme Airbnb se retrouvent maintenant sur le marché de la location à long terme depuis que la pandémie a mis un frein aux voyages.

Soho Garza, qui administre plusieurs groupes Facebook de location dans la région de Vancouver depuis quelques années, remarque un phénomène similaire.

Je pense que c’est dû à la fermeture des frontières. Il y a beaucoup moins de personnes à Vancouver présentement, suggère-t-elle.

Toutefois, ces logements, souvent entièrement meublés de manière plutôt luxueuse, sont loin d’être abordables. Elle note aussi une certaine augmentation des annonces pour des colocations comparativement à d'habitude.

Une quête difficile

Hannah Clark réside à Victoria. Depuis un mois, elle cherche un nouveau logement où emménager avec son copain et son chien au cours de l’été.

En cherchant des logements, nous avons vu que rien ne semblait vraiment plus abordable, se désole-t-elle.

Même si les propriétaires peuvent éprouver des difficultés à trouver preneur pour leur logement rapidement, Hannah Clark ne croit pas que la situation actuelle lui permettrait de négocier les prix à la baisse.

À Victoria comme à Vancouver, il y aura toujours quelqu’un pour payer, alors personne n’a vraiment besoin d'abaisser les prix, explique-t-elle.

Elle songe maintenant à s’éloigner un peu de la ville, dans l’espoir de trouver la perle rare. Malgré tout, elle ne pense pas être en mesure de rapidement trouver l’endroit parfait.

Nous ne déménagerons peut-être pas cet été.

Une citation de :Hannah Clark

Une situation précaire pour les locataires

La pandémie a durement touché beaucoup de locataires, explique le conseiller juridique du centre de ressources et de conseil aux locataires (TRAC), Robert Patterson.

Je pense qu’il y a plus de locataires qui s’inquiètent de ne pas pouvoir rester dans leur logement que de locataires qui souhaitent déménager, dit-il, en ajoutant que, pour ceux qui peuvent saisir l’occasion de déménager, le marché n’a pas tendance à être plus bas que la moyenne.

Ce qui le préoccupe particulièrement, c’est la levée éventuelle des mesures d’urgence qui empêchent les propriétaires d’évincer leur locataire. Sans aide gouvernementale, plusieurs personnes pourraient se retrouver à la rue pour un problème du paiement du loyer.

N’importe quel locataire n’ayant pas payé son loyer en entier ces derniers mois pourrait recevoir un avis d’éviction effectif dans les 10 jours suivants.

Une citation de :Robert Patterson, conseiller juridique

S’il y a peut-être plus de possibilités de logement dans les grandes villes présentement, le marché de la location actuel ne règle pas, selon lui, tous les maux des locataires de Victoria et de Vancouver.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !