•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campement démantelé près du Gîte Ami : où iront les personnes sans-abri?

Trois hommes regardent des policiers démanteler le campement installé sur un terrain gazonné.

Des agents du Service de police de la Ville de Gatineau ont démantelé un campement non loin du Gîte Ami, un refuge pour personnes sans-abri dans le secteur Hull.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Une dizaine de policiers de Gatineau ont démantelé, jeudi, un campement de 18 tentes abritant une vingtaine de personnes près du ruisseau de la Brasserie, dans le secteur de Hull, non loin du Gîte Ami.

L'émotion et la frustration étaient palpables parmi les individus ainsi expulsés. Les représentants des organismes qui leur viennent en aide, pour leur part, se sont dits impuissants et inquiets. Pour plusieurs personnes, c'était le seul endroit où aller, a affirmé Lise Paradis, directrice générale du Gîte Ami.

Rappelons que le Gîte Ami peut accueillir moins de personnes itinérantes que d'habitude en raison de la pandémie de COVID-19. Un deuxième refuge a donc été ouvert temporairement au Centre communautaire Père-Arthur-Guertin au début de la crise sanitaire.

Puisque l'emplacement était loin d'être idéal, la soixantaine d'occupants du deuxième refuge ont finalement été transférés à l'aréna Robert-Guertin, qui se trouve tout juste à côté du Gîte Ami, le 20 mai.

Plus tôt cette semaine, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, avait affirmé que les occupants de ces tentes seraient évincés, puisqu'ils pouvaient trouver refuge à l'aréna Guertin.

C'est aussi ce qu'a fait valoir le conseiller du district de Hull-Wright, Cédric Tessier. On a attendu le déménagement à l'aréna, on a attendu l'augmentation du nombre de places avant qu'il y ait un démantèlement des installations de campement, a-t-il indiqué.

La conseillère responsable du dossier de l'itinérance, Renée Amyot, estime qu'une dizaine de lits sont toujours disponibles à l'aréna et que des lits supplémentaires peuvent être montés au besoin.

Tout le monde convient qu'un camping à cet endroit n'est pas idéal, pour des raisons de sécurité publique et de bon voisinage, et cette année, s'ajoutent à ça des raisons de santé publique.

Une citation de :Renée Amyot, conseillère municipale du district de Limbour

Mais selon Mme Paradis et la directrice adjointe du Bureau régional d'action sida (BRAS) Outaouais, Annie Castonguay, plusieurs personnes sans-abri ne voudront pas se loger à l'aréna.

Certains ont peur d'attraper la COVID et se sentent plus en sécurité dans une tente, a souligné Mme Castonguay. Certains ont de la difficulté à respecter certaines règles, certains s'entendent moins bien avec d'autres, certains ne sont pas bien dans un style-dortoir.

Annie Castonguay en entrevue à l'extérieur.

Annie Castonguay est directrice adjointe du Bureau régional d'action sida (BRAS) Outaouais.

Photo : Radio-Canada

Les organismes craignent maintenant que ces personnes se déplacent loin des services de santé mentale et physique.

Au camp, on savait où étaient ces personnes. Au Gîte et à Guertin, une équipe du CLSC [centre local de services communautaires] vient deux fois par jour pour regarder les gens qui ont des symptômes et ils peuvent être testés. S'ils vont s'éparpiller dans la nature, ce n’est plus quelque chose qu’on pourra leur offrir, a signalé Mme Paradis.

Mmes Paradis et Castonguay auraient souhaité que le campement puisse être déplacé dans un espace asphalté en arrière du Gîte Ami, un endroit moins dérangeant pour le voisinage. Mais cette proposition a été rejetée par la Ville de Gatineau.

On ne peut pas tolérer de rassemblements, surtout dans le contexte de la pandémie, a justifié la conseillère Amyot.

Avec les informations de Christian Milette, Jérôme Bergeron et Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !