•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Google accusée de traquer la localisation des internautes n'y ayant pas consenti

Le logo de Google Maps superposé à une carte géographique.

Le logo de l'application Google Maps.

Photo : Google

Agence France-Presse

Nouvelle affaire à suivre en justice pour Google : l'Arizona a intenté une procédure mercredi contre le géant de la recherche en ligne, l'accusant d'avoir collecté des données personnelles que ses utilisateurs et utilisatrices ne voulaient pas fournir.

Google donne l'impression aux gens qu'ils peuvent désactiver le suivi de la géolocalisation, mais l'entreprise passe par d'autres chemins pour envahir la vie privée, a déclaré Mark Brnovich, le procureur général de l'Arizona, dans un communiqué.

Il est quasi impossible d'empêcher Google de suivre vos mouvements, même si vous n'en avez pas conscience ou que vous n'avez pas donné votre accord. C'est contraire à la loi de l'Arizona, et même les sociétés les plus innovantes doivent se conformer à la loi, continue-t-il.

Mais le procureur et son équipe légale ont décrit de manière inexacte nos services, a répondu à l'AFP Jose Castaneda, un porte-parole de Google.

Nous avons toujours intégré des systèmes de respect de la vie privée dans nos produits et fourni des protections solides en matière de données de localisation. Nous avons hâte de rétablir la vérité, a-t-il ajouté.

Plusieurs services et plusieurs façons de géolocaliser quelqu'un

Le groupe californien, qui accapare la plus grosse part des recettes publicitaires numériques mondiales, met à disposition des services gratuits, comme la recherche, le navigateur Chrome, la plateforme YouTube, le système d'exploitation Android sur les téléphones intelligents ou encore l'application Google Maps.

Les interactions des utilisateurs et utilisatrices avec ses produits lui permettent de récolter des données sur leurs profils et de vendre des espaces publicitaires ciblés avec précision, à très grande échelle.

Mais l'Arizona, comme d'autres autorités publiques ou organisations civiles par le passé, l'accuse d'appliquer ce modèle économique coûte que coûte, même si les gens ont désactivé la géolocalisation sur leur téléphone intelligent.

« Pratiques trompeuses »

L'État américain a décidé d'enquêter après la parution d'une dépêche de l'agence Associated Press en 2018, qui montrait que même si l'historique des lieux visités est éteint, Google récolte subrepticement des informations sur l'emplacement des personnes grâce à d'autres fonctions, comme l'activité sur le web et les applications, et s'en sert pour vendre des publicités.

L'enquête a révélé que Google utilise des pratiques trompeuses et injustes pour collecter le plus d'informations possible et fait en sorte qu'il est extrêmement difficile pour les gens de comprendre ce qui est fait avec leurs données, argumente l'Arizona.

Plusieurs enquêtes sont en cours au niveau fédéral et dans les États sur les pratiques vis-à-vis de la concurrence ou de la gestion des données des grandes plateformes numériques comme Google, Facebook, Amazon ou Apple.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Internet

Techno