•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guéris de la COVID-19, des travailleurs de la santé reçoivent de nouveaux diagnostics positifs

Façade d'un CHSLD, en hiver.

Le CHSLD Laflèche de Shawinigan figure parmi les établissements québécois les plus touchés par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des travailleurs de la santé de la région qui avaient contracté et guéri de la COVID-19 ont reçu un deuxième diagnostic positif.

Une dizaine de travailleurs, majoritairement des préposés, mais aussi des infirmières qui ont reçu un deuxième test positif. Aucun résident ne fait partie du lot.

Les travailleurs concernés étaient de retour au travail depuis la fin avril ou le début mai. Ils ont été retirés de leurs milieux de travail après ces nouveaux diagnostics positifs.

Pour entendre une entrevue réalisée à l'émission 360PM avec l'une des infirmières concernées, cliquez ici.

Ces diagnostics découlent d'un dépistage systématique, notamment des employés et des résidents du CHSLD Laflèche de Shawinigan, qui a été durement touché par la crise de la COVID-19.

Les syndicats inquiets

La situation inquiète les syndicats qui représentent les infirmières et les préposés aux bénéficiaires.

La présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Nathalie Perron, a indiqué au micro de Facteur matinal qu'à sa connaissance, les travailleurs infectés ne présentaient pas de symptômes depuis leur retour au travail.

Nathalie Perron considère que la situation suscite beaucoup d’inquiétude, entre autres sur les risques de contagion.

Après avoir été déclaré négatif, on ressort dans la communauté : on va faire l’épicerie, nos enfants retournent à la garderie, illustre-t-elle. C’est clair qu’au niveau des employés, ils se fréquentent dans un milieu de travail un peu restreint. Est-ce que ça se peut qu’ils aient contaminé de nouvelles personnes? Il y aura enquête, mais il reste beaucoup de questions sans réponse.

Le dépistage en cause?

La représentante syndicale croit qu'il faut maintenant s'assurer que les prélèvements et les tests de dépistage sont fiables.

Une préoccupation que partage le Syndicat du personnel para-technique, de services auxiliaires et de métier.

Son président, Pascal Bastarache, attend les résultats de l'enquête avant de tirer des conclusions, mais croit à première vue que l'erreur serait survenue au moment du dépistage.

On espère vraiment que c'est un cas isolé et que le tout n'a pas été appliqué avec l'ensemble de la population, a indiqué Pascal Bastarache. On espère vraiment que le dépistage en général est vraiment plus valable.

Peu probable, selon la DSP

De son côté, la Direction de la santé publique indique qu'il serait peu probable que la dizaine de personnes qui ont reçu un diagnostic positif après avoir guéri de la COVID-19 aient contracté à nouveau la maladie.

La médecin-conseil, Caroline Marcoux Huard précise que la qualité des tests n'est pas remise en cause puisque même si le matériel utilisé ou les techniques peuvent varier, tous les tests sont approuvés par la Santé publique.

Pour entendre la Dre Caroline Marcoux Huard à l'émission 360PM, cliquez ici.

Il est fort possible que le ministère nous envoie des recommandations qui nous permettront de savoir quoi faire dans les circonstances actuelles. On n'est pas la seule région à vivre ça donc on est plusieurs à solliciter l'avis du ministère et de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) pour savoir comment gérer la situation actuelle.

L'hypothèse préconisée est la même qu'ailleurs dans le monde, soit que ce serait des particules mortes du virus qui auraient été détectées chez les personnes. Des analyses sont en cours pour déterminer si c'est effectivement le cas.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Coronavirus