•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une voiture portant de logo de l'école de conduite entre dans un stationnement.

Les écoles de conduite au Nouveau-Brunswick peuvent à nouveau offrir leurs services en respectant des consignes de santé publique. C'est le cas d'Auto École Louis Collin, à Edmundston.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Radio-Canada

Les écoles de conduite sont de retour sur les routes au Nouveau-Brunswick. Voici comment elles fonctionnent avec des mesures de prévention de la COVID-19.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

La voiture de l'entreprise Auto École Louis Collin, à Edmundston, a repris du service après avoir été immobilisée plus de deux mois en raison de la COVID-19.

Ça se passe très bien. Il en avait beaucoup qui s'ennuyaient de ça, souligne Louis Collin.

Louis Collin interviewé devant le bâtiment de son école de conduite.

La reprise des cours de conduite avec les nouvelles mesures de précaution se déroulent très bien, selon Louis Collin, propriétaire d'Auto École Louis Collin à Edmundston.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Ses cours théoriques de conduite automobile sont donnés en classe, mais seulement avec la moitié du nombre habituel d’élèves à la fois en raison de l’exigence de l’éloignement physique.

Louis Collin donne maintenant des cours par vidéoconférence.

Des tables et des chaises disposées à une bonne distance les unes des autres dans une salle de classe.

La classe de Louis Collins accueille deux fois moins d'élèves à la fois qu'avant l'arrivée de la COVID-19 au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Mais il faut aussi passer de la théorie à la pratique tout en réduisant les risques de contamination.

Je lave le volant, le [levier de vitesse], la poignée de porte, tout ce que l'élève peut toucher, indique M. Collin.

L'espace du conducteur est désinfecté entre chaque élève avant de reprendre la route. Le port du masque à bord est obligatoire.

En voiture, c'est ça. On ne peut pas être à 2 mètres, mais il faut porter le petit masque. Les élèves apportent leur masque ou je fournis les masques dans l'auto, explique M. Collin.

L’élève François Bossé a entrepris ses cours de conduite l'automne dernier, avant l’arrivée de la COVID-19. Maintenant, il doit prendre la route avec un masque.

Des fois, c'est comme encombrant. Des fois, il va dans nos yeux, puis tout ça. Mais tu t'organises pour le tasser sans quitter la route des yeux, puis ça va bien, affirme François Bossé.

Les deux hommes dans la voiture, masques sur le visage et ceinture de sécurité bouclée, passent en revue les cadrans du tableau de bord.

L'instructeur Louis Collin et son élève François Bossé portent le masque en voiture lors des cours de conduite sur la route.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

Avec cette longue période d'inactivité, Louis Collin doit maintenant mettre les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu.

D’après un reportage de Bernard Lebel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Formation professionnelle