•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa et le gouvernement Ford font la sourde oreille à la demande d'aide des villes

L'hôtel de ville de Toronto vu de face.

L'hôtel de ville de Toronto.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les villes ontariennes préviennent les résidents qu'ils devront sabrer les services et mettre à pied des milliers d'employés, s'ils ne reçoivent pas une aide d'urgence des gouvernements fédéral et provincial.

Les revenus des municipalités ont chuté à cause de la COVID-19; les villes perdent par exemple des millions de dollars chaque semaine à cause de la baisse marquée de fréquentation du transport en commun.

Le président du Caucus des maires des grandes villes de l'Ontario (LUMCO), le maire de Guelph Cam Guthrie, raconte que les gouvernements fédéral et provincial se sont montrés réceptifs à la demande d'aide faite par les villes il y a un mois, mais n'ont toujours pas délié les cordons de la bourse.

Nous allons devoir amputer encore plus les services de première ligne comme le transport en commun, parce qu'on ne peut pas se permettre financièrement de les maintenir à leur niveau actuel, avertit-il.

La loi provinciale n'autorise pas les municipalités à faire des déficits d'exploitation annuels.

Or, LUMCO estime que, uniquement pour le transport en commun, les pertes des villes ontariennes vont se chiffrer à 415 millions de dollars, d'avril à juin.

Les municipalités semblent coincées au milieu d'une dispute entre Ottawa et la province qui se montrent mutuellement du doigt.

Cam Guthrie, maire de Guelph et président du Caucus des maires des grandes villes de l'Ontario

Même son de cloche de la part de la mairesse de Mississauga, Bonnie Crombie. On dirait qu'on est dans une compétition de qui va cligner des yeux le premier, dit-elle.

Mississauga a déjà mis à pied 2000 employés. La Ville accumule un manque à gagner d'environ 20 millions par mois depuis le début de la pandémie.

Si rien n'est fait, la Municipalité aura un trou budgétaire de 100 millions en six mois, estime Mme Crombie, qui ajoute qu'il faudrait augmenter l'impôt foncier de 17 % pour éponger un tel manque à gagner.

Le maire de Toronto, John Tory, prévenait la semaine dernière que, faute d'aide, la Ville Reine devrait mettre à pied 19 500 employés et amputer le niveau de service de transport en commun de 50 %.

J'ai reçu beaucoup de réactions encourageantes, mais les belles paroles ne paient pas pour les services de garde, de transport en commun ou pour les sans-abri.

John Tory, maire de Toronto

Discussions jeudi

Une porte-parole de la vice-première ministre du Canada et ministre des Affaires intergouvernementales Chrystia Freeland assure qu'Ottawa est prêt à travailler avec le gouvernement Ford et les maires.

L'Ontario doit soulever la question de l'aide aux municipalités, jeudi, lors d'un appel conférence avec des représentants fédéraux, indique une porte-parole du ministre ontarien des Affaires municipales, Steve Clark.

Nous savons que la situation actuelle touche les revenus municipaux et nous joignons votre voix à celle de nos partenaires municipaux pour demander un financement d'urgence du gouvernement fédéral, dit la porte-parole Julie O'Driscoll.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique municipale