•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois surdoses mortelles chaque jour en Colombie-Britannique

Un toxicomane manipule une seringue.

Depuis le début de l’année 2020, 382 personnes sont décédées d'une surdose liée à une drogue illicite.

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Radio-Canada

La Colombie-Britannique enregistre une forte augmentation du nombre de décès lié à des surdoses de drogues illégales, une première depuis sa déclaration d'urgence de santé publique en 2016.

Au seul mois de mars, 112 personnes sont décédées des suites d’une surdose, affirme le Service des coroners de la province dans un communiqué. En avril, 117 personnes de plus ont trouvé la mort dans les mêmes circonstances, soit 33 de plus que l’année dernière à pareille date.

Pour la première fois depuis la fin 2018, la Colombie-Britannique a enregistré plus d’une centaine de surdoses mortelles sur deux mois consécutifs. Il s’agit d’une hausse de 40 % par rapport à la même période l’année dernière.

Nous demeurons en état d’urgence alors que plus de trois Britanno-Colombiens meurent chaque jour d’une surdose lié à la consommation de drogues illégales.

Lisa Lapointe, coroner en chef de la Colombie-Britannique

La Colombie-Britannique enregistre le taux de surdoses mortelles le plus élevé au Canada avec 22 morts pour 100 000 habitants. Depuis le début de l’année 2020, 382 personnes sont décédées de surdose dans cette province. Les villes de Vancouver, de Surrey et de Victoria comptent le plus grand nombre de ces décès, explique la coroner.

Selon le rapport du Service des coroners, 79 % des personnes mortes de surdoses sont des hommes et 71 % de ces personnes sont âgées de 19 à 49 ans.

Jusqu'ici en 2020, 83 % des décès par surdose ont eu lieu à l'intérieur alors que 12 % ont eu lieu à l'extérieur. Aucun décès par surdose n'a été rapporté dans un centre supervisé d'injection ou de consommation de la drogue.

Les récents efforts pour améliorer l’accès à un approvisionnement de drogue réglementé et sécuritaire sont encourageants, affirme Lisa Lapointe. La coroner en chef ajoute cependant que son service continue de recommander des traitements de soutien et un système de désintoxication.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Crise des opioïdes