•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mauvais traitement des aînés dans des foyers : des Ontariens ne décolèrent pas

Un homme assis et accoté sur un arbre. On voit plein de petites croix avec les noms de résidents décédés dans l'herbe devant lui.

Innis Ingram s'est enchaîné mercredi devant le foyer de soins de longue durée où sa mère réside.

Photo : Radio-Canada / Grant Linton

Au lendemain de la présentation d’un rapport décrivant l'horreur dans cinq foyers de soins de longue durée de la région de Toronto, des Ontariens passent à l’action et demandent des comptes au gouvernement ainsi qu’aux gestionnaires des établissements.

Mercredi, Innis Ingram s’est enchaîné à un arbre devant le foyer Camilla Care Community, où sa mère réside.

L’homme dit qu’il entreprendra une grève de la faim jusqu’à ce que la province procède à une inspection du foyer. Il explique que la publication du rapport mardi l’a encouragé dans son action.

M. Ingram soutient qu'il arrive que le personnel oublie de donner ses médicaments à sa mère et qu’elle reçoit parfois son petit déjeuner vers 11 h.

Un homme appuyé contre un arbre tient une chaîne dans ses mains. Il est vêtu de noir et a plusieurs tatouages sur les bras et le visage.

Innis Ingram entame une grève de la faim, jusqu'à ce que le gouvernement fasse inspecter le foyer Camilla Care Community.

Photo : Radio-Canada / Grant Linton

Il n’y a pas d’air climatisé dans le bâtiment et les résidents ne sont pas autorisés à avoir de ventilateur à cause de la COVID, ajoute M. Ingram.

L’homme aimerait également que les Forces armées canadiennes soient déployées dans la résidence de sa mère, puisque ces derniers pourraient procéder à une enquête plus neutre que celle du gouvernement selon lui.

Son action reflète l’attitude et la colère de nombreux Ontariens, alors que la majorité des décès liés à la COVID-19 dans la province ont été enregistrés dans des foyers de soins de longue durée.

Des groupes s’organisent

Les membres de la Fédération des aînés et retraités francophones de l’Ontario (FARFO) se rencontraient mercredi après-midi afin de discuter d’un plan d’action.

Les gens qui ne cherchent que le profit doivent être éliminés de ce secteur de la santé publique. C’est une erreur d’avoir permis ça, s’indique Jean-Rock Boutin, le président de la FARFO.

Quand j’ai lu l’article de Radio-Canada [sur le rapport de l’armée], j’ai pleuré. Ça m’a fait tellement de peine.

Jean-Rock Boutin

Ce dernier indique qu’il tentera de convaincre ses collègues pour que son organisation exige l'élimination des foyers de soins de longue durée privés en Ontario.

Dans les résidences privées, il y a constamment des scandales depuis des années, souligne M. Boutin.

La FARFO devrait aussi demander une enquête publique au gouvernement de Doug Ford.

Pas seulement une commission indépendante, qui va être rapide, mais qui ne réglera pas les problèmes en profondeur, soutient M. Boutin. 

Le président tentera d'obtenir les mêmes prises de position de l’organisme national auquel il siège, la Fédération des aînés francophones du Canada.

Des problèmes qui ne datent pas d’hier

Lorsqu’il était député de Glengarry—Prescott—Russell, Jean-Marc Lalonde raconte qu’il visitait chaque foyer de soins de longue durée de son comté au moins une fois par année. 

Si la plupart des foyers traitent bien leurs résidents, l’ancien député se souvient avoir eu à intervenir dans certaines situations.

Il y a des endroits où les résidents me demandaient de contacter l’administration pour les sortir de là, se remémore M. Lalonde. 

Jean-Marc Lalonde en entrevue à Radio-Canada.

Jean-Marc Lalonde, ancien député de Glengarry—Prescott—Russell.

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

L’ancien député se souvient que certains propriétaires de foyer ne voulaient pas toujours dépenser pour qu’une salle de bain soit installée dans chaque chambre.

Mardi, lors du dévoilement du rapport, le premier ministre Doug Ford a indiqué qu’il prenait une part de la responsabilité dans l'état du système de soins de longue durée actuel.

Mercredi, la province a annoncé que les cinq foyers seraient temporairement gérés par une tierce partie.

En juillet, le gouvernement de l'Ontario lancera aussi une commission indépendante pour revoir le système de soins de longue durée de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !