•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 2500 opérations en attente dans l’Est-du-Québec

Une équipe de chirurgie en action autour d'un patient.

Une salle d'opération (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Près de 2500 interventions chirurgicales ont été reportées dans les établissements hospitaliers des trois régions de l’Est-du-Québec depuis le début de la crise du coronavirus.

Dans tous les cas, les responsables des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) indiquent qu’il s’agit de chirurgies non urgentes.

Tableau du nombre de chirurgies annulées depuis le début de la pandémie.

C'est au Bas-Saint-Laurent que le nombre de chirurgies annulées a été le plus important.

Photo : Radio-Canada

Au Bas-Saint-Laurent, les autorités de la santé assurent qu’il n’y a pas eu de report de chirurgies urgentes, notamment en oncologie.

Si elles sont considérées comme non urgentes, ces opérations sont néanmoins importantes pour les gens aux prises avec des cataractes ou qui ont besoin de prothèses aux hanches, aux genoux, par exemple. Ce sont ces opérations-là qu'on essaie de reprendre, pour justement qu'il y ait le moins d'impacts possibles dans la vie des gens , explique le Dr Jean-Christophe Carvalho, directeur des Services professionnels au CISSS du Bas-Saint-Laurent.

Libérer des lits pour la pandémie

En mars dernier, en prévision de la pandémie, Québec a voulu rendre le plus grand nombre de lits disponible possible dans les hôpitaux du Québec. Un total de 7000 lits ont ainsi été libérés par l’annulation des opérations jugées non urgentes.

Même si dans les faits, avec 24 cas pour 100 000 habitants, c’est au Bas-Saint-Laurent que la propagation du coronavirus aura été la plus faible, les blocs opératoires du Bas-Saint-Laurent ont fonctionné à 20 % de leur capacité durant plusieurs semaines, d'où les 2000 chirurgies reportées.

C’est 10 % du nombre d'interventions chirurgicales habituellement réalisées. L’hôpital a fonctionné au ralenti. Le taux d'occupation des lits a varié de 30 % à 50 %.

Depuis, les activités ont repris un peu partout dans les hôpitaux.

C’est entre 50 % et 60 % du volume habituel d’interventions chirurgicales qui sont en ce moment effectuées dans les hôpitaux du Bas-Saint-Laurent.

En Gaspésie, les activités des blocs opératoires varient entre 50 % et 70 % du volume normal. C’est 80 % à Baie-Comeau où on croit revenir à la normale dès la semaine prochaine.

Échéancier de reprise

Cet échéancier pourra être respecté si la pandémie reste maîtrisée dans chacune des régions. Maintenant, il y a différents facteurs qui peuvent entrer en ligne de compte là-dedans, relève le Dr Carvalho. Il faut suivre comme il le faut le déconfinement et il y a toujours l'éventuelle deuxième vague potentielle, et il y a des impondérables dont on n'a pas encore toute la mesure.

tableau du temps nécessaires pour combler les retards dans les salles d'opération des hôpitaux de l'Est-du-Québec

Les retards dans les chirurgies sont très variables d'une région à l'autre

Photo : Radio-Canada

Les hôpitaux devront aussi composer avec le nombre de lits disponibles.

Si au plus fort de la crise, le taux d'inoccupation des lits a atteint 70 % dans certains endroits, le déconfinement et la réalisation d’un plus grand nombre d'interventions chirurgicales entraîneront une hausse des hospitalisations.

Avec les informations de Denis Leduc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Établissement de santé