•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garderie dans la nouvelle école française de Transcona dès septembre?

Les bonnes nouvelles s'enchaînent pour les parents qui enverront leurs enfants dans la nouvelle école de la DSFM.

Trois enfants non identifiés d'âge préscolaire jouent ensemble avec des camions-jouets dans un service de garde.

La DSFM souhaite que dans un premier temps, le service de garde accueille les élèves avant et après les heures de classe.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Après l'annonce, mardi, de l'achat de l'école King’s School, qui sera transférée à la Division scolaire franco-manitobaine, la DSFM dit maintenant qu'un service de garde pourrait voir le jour au sein de l'établissement dès la rentrée scolaire.

La DSFM a déjà annoncé que la nouvelle école accueillera des élèves de maternelle et de première année en septembre.

Mais une question demeurait en suspens : y aura-t-il un service de garde sur place au moment de l'ouverture de la nouvelle école?

Un homme parle à la caméra.

René Déquier

Photo : Radio-Canada

La DSFM dit souhaiter, en priorité, la mise en place d'un service de garde scolaire (avant et après l'école) au sein son établissement dès cet automne.

C'est certainement très important pour nous. Premièrement, parce que les parents cherchent ce service-là. Deuxièmement, parce que le service de garde en français contribue à préparer les enfants à la réussite scolaire, souligne le directeur général adjoint des services aux élèves à la DSFM, René Déquier.

C'est aussi pour aider les parents, ajoute-t-il, pour les encourager à inscrire leurs enfants chez nous.

Il affirme que la division scolaire est en pourparlers avec la Fédération des parents du Manitoba afin de l'appuyer dans la mise sur pied d'une garderie.

Vue extérieure de l'école.

The King's School est la nouvelle école française de la Division scolaire franco-manitobaine à Transcona.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

La DSFM reconnaît qu'il y aura une phase de transition pour les parents dont les enfants sont inscrits à l'École Taché ou qui fréquentent la garderie de cette école, Le P'tit Bonheur.

Il faut qu'on prenne cette transition en compte et en douceur. On voit à long terme. Et à long terme, nous aurons une école qui pourra accueillir des enfants de la maternelle à la 8e année. Mais, pour le moment, il faut s'assurer de ne pas bousculer nos familles, explique René Déquier.

La DSFM dit regarder s'il y a des locaux disponibles qui répondent aux normes pour la mise sur pied d'un service de garde avant de passer à la phase d'embauche du personnel.

Pour l'heure, la division ne dit pas combien de places seront créées dans la future garderie. René Déquier affirme que tout dépendra de l'espace et de la disponibilité du personnel.

Un projet bien accueilli

La directrice générale de la Fédération des parents du Manitoba (FPM), Brigitte L'Heureux, reconnaît l'importance d'avoir un service de garderie à l'école de Transcona dès la prochaine rentrée.

Une dame aux longs cheveux bruns sourit. En arrière-plan, se trouvent des affiches pour le service de garde et le partenariat avec le journal La Liberté.

Brigitte L'Heureux, directrice générale de la Fédération des parents du Manitoba (FPM).

Photo : Radio-Canada

On envisageait même d'en ouvrir un très rapidement. Mais la nouvelle école pourrait accélérer le processus, souligne-t-elle.

D'après elle, la demande pour un tel service était devenue forte. Transcona attire de plus en plus de familles francophones, mais on ne trouve que deux garderies familiales francophones dans le quartier en ce moment.

Mme L'Heureux pense aussi que le futur centre permettra de soulager la garderie Le P'Tit Bonheur, de l'École Taché, ainsi que l'école même.

Brigitte Sabourin, présidente du conseil d'administration du P'tit Bonheur, voit également d'un bon oeil l'ouverture d'une garderie francophone à Transcona.

Si les familles peuvent avoir accès à une garderie en français dans leur école, près de leur communauté, c'est formidable, dit-elle.

En raison de la pénurie de places de garde en français, dit-elle, les différentes garderies ne sont pas en compétition les unes avec les autres.

Ça ne sera pas un problème si des familles de Transcona décident de rejoindre une garderie plus près de chez elles. Cela voudrait dire qu'il y a des familles qui vont pouvoir aussi inscrire leurs enfants à notre garderie, car il y a une liste d'attente, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Éducation