•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campings, pourvoiries et marinas se préparent à rouvrir dans l’Est-du-Québec

Des roulottes sur un terrain de camping

Les campings pourront ouvrir leurs portes à compter du 1er juin (archives).

Photo : Radio-Canada / Nicolas Lachapelle Plamondon

Radio-Canada

Alors que Québec a annoncé officiellement cet après-midi la réouverture des campings, des marinas et des pourvoiries dès le 1er juin, les responsables des infrastructures récréatives et touristiques de l’Est-du-Québec se réjouissent, mais ont aussi beaucoup de questions sur la façon de faire.

Sur la Côte-Nord, le camping Boréal, situé près de Baie-Comeau, est déjà prêt pour la reprise de ses activités. Son copropriétaire, Jimmy Migneault, affirme que tout est en place pour accueillir des campeurs dès que ce sera autorisé.

Pour se préparer, le camping a suivi les lignes directrices du guide réalisé par Camping Québec et la santé publique, qui aide les exploitants de camping à mettre en place les mesures sanitaires nécessaires pour éviter la propagation de la COVID-19.

Plus vite on va ouvrir, mieux ça va être, soutient Jimmy Migneault. Il y a beaucoup de clients qui s'impatientent, qui s'informent et qui ont très hâte. Nous aussi, côté entreprise, il n'est pas trop tard pour sauver la saison, mais on veut ouvrir le plus vite possible.

Des glissades d'eau qui se jettent dans une piscine.

On ignore pour l'instant si les piscines situées sur les terrains de camping pourront être accessibles (archives).

Photo : Radio-Canada / Alex Lévesque

En Gaspésie, la directrice générale de CIME Aventures à Bonaventure, Élodie Brideau, planifie pour sa part un début de saison seulement le 19 juin.

Ça nous prend au moins trois semaines avant d’être fins prêts, surtout avec les nouvelles mesures sanitaires et la distanciation sociale.

Pour faciliter la vie des campeurs tout en prévenant la propagation du virus, CIME Aventures travaille, par exemple, à mettre en place un système de commande en ligne pour les campeurs. Ils pourront notamment commander des produits alimentaires locaux, comme des œufs ou des produits laitiers.

Trois ou quatre jours avant votre arrivée, vous allez recevoir un courriel, vous allez pouvoir choisir des produits locaux qui vont être livrés la journée de votre arrivée sur votre site de camping.

Nouveau parcours aérien chez CIME Aventures

Nouveau parcours aérien chez CIME Aventures (archives)

Photo : Courtoisie CIME Aventures

La propriétaire du Camping du Village, à Percé, Nadine Méthot, est satisfaite de savoir que les campings pourront enfin ouvrir.

Cependant, elle avait déjà pris la décision de fermer les blocs sanitaires de son camping d’une centaine de places. Cette décision la prive de la moitié de ses campeurs prévus en temps normal. Elle devra engager deux employés de moins.

C’est beaucoup de gestion, c’est beaucoup de stress pour mes employés et pour mes saisonniers. Il y a énormément de circulation qui se passe dans les blocs sanitaires, ce qui est tout à fait normal et correct aussi. Mais pour cette saison, j’étais obligé d’engager 3 à 4 employés pour les blocs sanitaires, donc j’ai pris la décision de ne pas les ouvrir tout simplement, explique Mme Méthot.

Des annulations en vue pour les pourvoiries

Le déconfinement des services d'hébergement signifie également que les passionnées de chasse et de pêche pourront effectuer des séjours prolongés dans les pourvoiries dès le 1er juin.

Les réactions face à cette annonce sont partagées. Les propriétaires des pourvoiries ont appris seulement lors de la conférence de presse de la ministre Proulx comment se déroulerait ce déconfinement et plusieurs estiment qu'il sera difficile d'offrir l'hébergement dès le 1er juin, avec seulement quatre jours de préavis.

De plus, les pourvoyeurs prévoient que l'exigence de provenir d'une même cellule familiale entraîne de nombreuses annulations pour le mois de juin.

Charles Pinard, le président de l'Association des pourvoiries de la Côte-Nord, explique que les groupes qui réservent au mois de juin sont composés d’amis ne vivant pas à la même adresse.

Un pêcheur de saumon

Un client de la pourvoirie Nipissis sur la rivière Moisie

Photo : Radio-Canada / Guy Bois

Là, actuellement le mois de juin, c'est des groupes de pêcheurs de différentes adresses qui se regroupent ensemble pour venir faire un voyage de pêche, indique-t-il.

C’est plus tard dans l’été que les familles ont l’habitude de voyager ensemble.

La clientèle traditionnelle d'une même maisonnée, si on prend un papa, une maman, les enfants, ça va aller plus en juillet et en août, prévoit-il.

Les marinas se préparent

La réouverture prévue des marinas fait aussi des heureux. L'installation des quais est toutefois plus complexe qu’à l’habitude.

Normalement, nous, on aurait été prêts il y a quinze jours pour mettre des bateaux à l'eau. Cette année, on a pris un peu plus de temps puisqu'on ne savait pas la date et en plus on ne pouvait pas être nombreux pour installer la marina, explique le commodore du Club nautique de Baie-Comeau, Luc Jobin.

Les membres devront aussi s'attendre à changer certaines habitudes.

On va faire attention quand on se croise sur les pontons, inviter tous les copains sur le bateau, on ne le fera pas plus sur le bateau qu'à la maison, prévient Michel Sacco, secrétaire du conseil d'administration du Club nautique de Rivière-du-Loup.

À la marina de Matane, on attend impatiemment les consignes qui encadreront la reprise de la navigation de plaisance.

Marina de Matane

La marina de Matane (archives)

Photo : Radio-Canada

En prévision de cette saison hors de l’ordinaire, le bar du Club de yacht restera fermé tout l’été et la programmation de spectacles locaux a été annulée. La capitainerie sera ouverte aux navigateurs en provenance de l’extérieur seulement.

La direction de la marina ne sait pas non plus si elle pourra accueillir un grand nombre de visiteurs, en raison de la COVID-19.

Malgré ces incertitudes, les équipes du Club de yatch de Matane sont prêtes à installer les pontons dès le week-end prochain. Le commodore du Club, Steven Grant, affirme que plusieurs équipements de protection individuelle ont été commandés pour se préparer.

On a acheté une centaine de masques, on a des visières. Quand on va mettre les quais à l’eau, on va avoir une couple de contremaîtres, des bénévoles, des coachs pour dire au monde quoi faire pour toujours garder la distanciation.

Steven Grant, le commodore au Club de yacht de Matane

Steven Grant, le commodore au Club de yacht de Matane

Photo : Radio-Canada

Lors d’une saison normale, les pontons sont installés à la fête des Mères et les premières mises à l’eau des bateaux se font à la fin mai.

Avec les informations d'Alexie André Bélisle, Joane Bérubé, Jean-François Deschênes et Djavan Habel-Thurton.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Tourisme