•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Derick Brassard se joint aux propriétaires des Olympiques

Derick Brassard sur la glace pendant un match des Islanders de New York

L'attaquant des Islanders de New York Derick Brassard est actionnaire minoritaire des Olympiques de Gatineau.

Photo : Associated Press / Mike Carlson

Le joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH) Derick Brassard se joint au groupe de propriétaires des Olympiques de Gatineau.

Le Gatinois s’est porté acquéreur d’une part de 10 % de l’équipe de hockey junior en compagnie de deux autres hommes d’affaires de la région, Yan Hébert et Michel Quesnel, qui sont notamment copropriétaires du resto-bar La Drave.

Brassard possède 5 % des parts du club, tandis que Hébert et Quesnel ont 2,5 % chacun. Il reste encore une part de 10 % de l'équipe qui est disponible et l'intérêt serait grand depuis quelques mois, selon le président des Olympiques, Norm MacMillan.

[Les Olympiques] m'ont approché ça doit faire plus qu'un an. J'ai toujours été un passionné de hockey et de pouvoir m'impliquer avec l'équipe de ma région, c'est quelque chose qui m'intéressait beaucoup, a raconté Brassard, mercredi, joint par appel vidéo à Saint Louis, au Missouri.

Le vétéran de 12 saisons dans la LNH mentionne que les Olympiques ont eu une grande influence sur son parcours, même s'il n'a jamais enfilé l'uniforme. Il a assisté à de nombreux matchs au Centre Robert-Guertin en grandissant à Gatineau.

Je suis vraiment excité de me joindre à l'organisation.

Derick Brassard, nouveau copropriétaire des Olympiques et joueur dans la LNH

C'est exceptionnel d'avoir un gars comme Derick avec nous, a mentionné MacMillan en entrevue téléphonique. Il a des contacts partout dans le monde du hockey. Il connaît bien le sport, c'est un gros plus.

Le porte-couleurs des Islanders de New York est engagé depuis déjà deux mois au sein de l'organisation. Il a fait partie du processus de sélection du nouvel entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille, qu'il a connu au début de sa carrière chez les professionnels.

J'aime la direction dans laquelle s'en va l'équipe. Avec le nouvel aréna qui est censé être là en 2021, je pense que ça va être très excitant pour les gens de l'Outaouais. Avec l'embauche de Louis Robitaille et du personnel d'entraîneurs, je pense que nos jeunes sont entre très bonnes mains, l'encadrement sera super bon, a souligné Brassard.

En compagnie de Martin Raymond, l'adjoint de Robitaille qui avait dirigé l'attaquant pendant son passage avec les Sénateurs d'Ottawa, il prépare le repêchage des joueurs européens — de quoi le tenir occupé pendant que la saison de la LNH est suspendue.

Derick Brassard en entrevue FaceTime

Derick Brassard continue à se préparer au retour de la LNH à Saint Louis.

Photo : Radio-Canada

Beaucoup de questions sur un retour au jeu

Brassard s'est réfugié à Saint Louis chez un bon ami hockeyeur, après avoir passé le premier mois de confinement à New York. Il a choisi de se déplacer au Missouri où il pouvait avoir accès à une salle d'entraînement. Les terrains de golf ouverts dans cet État ont aussi penché dans la balance.

Ça a été quand même assez difficile les deux ou trois derniers mois pour tous les joueurs, juste de penser tous les jours si on allait jouer, si on n'allait pas jouer. Il y a beaucoup de rumeurs qui sortent, a expliqué l'athlète de 32 ans, lorsque questionné sur la situation actuelle dans le hockey professionnel.

Tout le monde en a un peu assez, on veut savoir ce qui va arriver, mais on sait en même temps que c'est un processus.

Derick Brassard, nouveau copropriétaire des Olympiques et joueur dans la LNH

Le commissaire de la LNH a présenté son plan de retour, mardi, mais il reste encore beaucoup de questions, selon Brassard, notamment sur la durée des camps d'entraînement ou, encore, sur les deux villes où 12 formations seront réunies pour jouer.

Il va peut-être y avoir deux arénas dans la ville, parce que s'il y a trois ou quatre matchs par jour, à 35 degrés dehors, la qualité de la glace va peut-être être moins bonne. On ne veut pas envoyer les joueurs là-dedans ou qu'il y ait des blessures aux aines ou des affaires comme ça, a-t-il cité en exemple.

Un retour du hockey risque aussi fortement de se faire devant des estrades vides, ce qui ne réjouit pas Brassard. Sans fans, je pense que ça va être très difficile, parce que l'enjeu est gros, a-t-il mentionné. Ça va être dur d'aller chercher de l'émotion dans ton jeu.

Cette pause lui permet d'aider encore pendant quelque temps Robitaille et Raymond. Brassard réitère que son association avec les Olympiques ne marque pas sa retraite, au contraire. Il espère continuer de jouer le plus longtemps possible. Pour la suite, il faudra attendre de le voir accrocher ses patins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !