•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déplacements dans le nord de la Saskatchewan : « un traitement inégal », selon certains

Un homme prend des notes dans un cahier tout près d'un arrêt obligatoire.

La Saskatchewan a restreint les déplacements non essentiels vers le nord de la province le 24 avril dernier.

Photo : Don Somers

Radio-Canada

Des représentants de certaines Premières Nations de la Saskatchewan déplorent le fait que les restrictions par rapport aux déplacements dans le nord de la province empêchent les habitants de la région d’obtenir certains services essentiels pendant que des visiteurs peuvent accéder aux aires de services récréatifs.

Une telle situation représente ainsi un traitement inégal aux yeux du chef de la Première Nation crie de Canoe Lake, Francis Iron, qui a écrit à la ministre des Relations gouvernementales de la Saskatchewan, Lori Carr, afin d’obtenir des précisions sur le sujet.

La province applique deux poids, deux mesures en permettant aux visiteurs d’accéder aux services récréatifs dans le nord et en empêchant les habitants du nord d'accéder à des services essentiels comme l’épicerie, affirme-t-il.

Ce que nous voyons, c’est une prise de contrôle [du territoire] qui ne permet pas [aux habitants du nord] de se déplacer vers le sud pour accéder à des services essentiels et une autorisation des utilisateurs récréatifs d’accéder au nord, poursuit Francis Iron.

Afflux de visiteurs

Dimanche dernier, Rose Durocher, qui habite sur le territoire de la Première Nation de Canoe Lake, a rencontré de nombreux touristes qui ont traversé sa communauté, des bateaux attachés à l'arrière de leur véhicule, pour se rendre à Keeley Lake, situé à environ 35 kilomètres au sud de Canoe Lake.

Comment se fait-il que des visiteurs puissent venir ici pendant que nous ne pouvons pas sortir, demande-t-elle.

Rose Durocher n’est pas la seule à avoir aperçu des visiteurs non essentiels dans la région la fin de semaine dernière. Le chef du conseil tribal de Meadow Lake, Richard Ben, a lui aussi déploré la situation.

Nous comprenons qu’il est nécessaire de limiter les déplacements dans le nord en raison de la COVID-19, mais pourquoi ces restrictions ne s’appliquent-elles pas aux vacanciers du sud, demande-t-il.

Des gens, assis, attendent que les voitures passent pour interroger les conducteurs.

Les restrictions sur les déplacements dans le nord de la Saskatchewan ont provoqué de fortes réactions au sein des communautés touchées par la mesure depuis leur instauration.

Photo : Don Somers

Aucun changement à prévoir

Un porte-parole du gouvernement de la Saskatchewan note dans un courriel que la date de la levée des restrictions sur les déplacements dans le nord de la province n’est pas fixée pour le moment.

Il ajoute également qu’il n'est pas nécessaire d'arriver à un nombre précis de cas actifs de COVID-19 pour que les restrictions soient levées dans la région.

Les responsables de la santé publique continuent de surveiller les risques pour la santé publique dans la province au fur et à mesure que la situation évolue. Cela concerne la levée ou la modification des restrictions qui sont en place, explique le porte-parole.

Avec les informations de Kendall Latimer

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Santé