•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand le bonheur passe par le vélo

Éric Tremblay pose fièrement devant la remorque de son entreprise.

Éric Tremblay a réalisé un rêve en lançant son entreprise de réparation de vélos

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Cet été, dans les rues d’Edmonton, et bientôt, peut-être, dans de nombreuses villes albertaines, il pourrait vous arriver de croiser une remorque sur laquelle vous pourrez lire : Outspokin Bike Works. Dans cette remorque se trouvent tous les outils imaginables pour prendre soin d’un vélo, mais surtout, un homme au grand cœur qui veut partager sa passion du cyclisme. 

Si j’étais une tortue, cette roulotte-là, ce serait ma maison.

Éric Tremblay, propriétaire Outspokin Bike Works

Il n’y a aucun doute, Éric Tremblay est un homme heureux. Quand l’Edmontonien d’adoption parle de sa nouvelle entreprise, toutes les parties de son corps sourient.

Dans chaque réponse qu’il donne durant l’entrevue, il y a une phrase qui démontre son bonheur.

J’aime le bruit du dérailleur quand je fais une mise au point, je ne peux pas me tanner de ça.

J’ai de la joie à aider le monde.

Je suis super fier, j’adore cette shop-là, elle est parfaite, c’est mon bébé.

J’adore travailler avec les clients qui amènent de vieux vélos. Je ne juge pas les vélos, je les aime tous.

Éric Tremblay travaille sur un vélo à l'intérieur de sa remorque.

Éric Tremblay a adapté l'intérieur de sa remorque pour avoir tous ses outils à portée de main.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Après de nombreuses années à y rêver, Éric Tremblay a finalement mis sur la route, il y a quelques semaines, sa remorque et il parcourt les rues d’Edmonton afin de réparer des vélos et de faire partager sa passion.

Il a choisi d’avoir une remorque plutôt qu’un commerce fixe, afin de pouvoir aller vers les gens.

L'homme d’affaires espère que sa compagnie sera rentable rapidement, mais la possibilité de faire des profits n’est pas ce qui le motive au quotidien.

Quand je fais du vélo, je ne forme qu’un avec lui. J’essaie de donner aux autres cette même impression. Je veux qu’ils sachent que, lorsqu’ils sont sur leur vélo, les freins marchent, les vitesses changent, ils sont en sécurité. Ils peuvent profiter des oiseaux et regarder les paysages.

Même s’il est très occupé et qu’il préfère que les clients prennent rendez-vous en passant par son site Internet, le sympathique mécanicien refuse rarement des clients qui s’arrêtent où il se trouve pour un conseil ou une mise au point mineure.

Un sport à la mode

Selon Éric Tremblay, il est évident que la pratique du vélo a gagné en popularité au cours des dernières semaines. Il constate que, à Edmonton, nombreuses sont les personnes qui ont décidé de dépoussiérer leur bécane pour reprendre la route en famille.

Travailler sur de vieux vélos ne le dérange pas du tout, au contraire.

Ce sont mes clients favoris. J’adore recycler et même si ces vélos sont vieux, ils sont bons. Un vélo, c’est simple, ça a toujours été simple, c’est deux roues et des vitesses. Avec un bon mécanicien, c’est un vélo parfait, à n’importe quel âge.

Éric Tremblay, propriétaire Outspokin Bike Works

Dès qu’il a découvert le sport sur deux roues, Éric Tremblay s’est intéressé à la mécanique de son vélo. Pour lui, il a toujours été important de bien comprendre sa monture afin de l’utiliser à son maximum.

Un groupe de mécanicien de vélo s'amuse dans l'atelier.

À son arrivée en Alberta, Éric Tremblay s'est trouvé du travail comme mécanicien de vélo chez George's.

Photo : Avec la gracieuseté d'Éric Tremblay

Arrivé à Edmonton à 19 ans pour faire de la compétition, il a rapidement trouvé du travail dans l’une des plus importantes boutiques de vélo de l’Ouest canadien. Mécanicien de confiance, il a même travaillé pour un membre de l’équipe nationale canadienne, mais la vie l’a forcé à emprunter une nouvelle voie.

À 22 ans, j’ai commencé une famille, j’ai acheté une maison. Ce n’est pas une bonne idée de faire ça quand tu gagnes juste 5 $ l’heure. J’ai donc commencé à faire de la peinture et de la rénovation.

Peu à peu, son deuxième emploi a pris de l’importance et est devenu un emploi à temps plein.

Pour continuer à vivre un peu sa passion, il s’est joint à trois organisations qui font la promotion du cyclisme à Edmonton.

Changement d’huile

Éric Tremblay lave un vélo à l'extérieur de sa remorque.

Avant de travailler sur un vélo, Éric Tremblay prend le temps de le laver pour bien voir toutes les pièces.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Le propriétaire de Outspokin Bike Works conseille à tous les cyclistes de faire faire une mise au point de leur vélo tous les ans. Il compare cela à un changement d’huile pour une voiture. La mise au point est la meilleure façon d’allonger la durée de vie d’un vélo.

Il affirme aussi que tous les propriétaires de bicyclette devraient prendre un soin jaloux de leur chaîne.

Les gens doivent comprendre que l’huile va dans la chaîne, pas à l’extérieur. Il existe plusieurs types d’huile, il faut savoir laquelle utiliser dans quelles circonstances et il faut souvent essuyer sa chaîne.

Voilà un des nombreux conseils qu’il offre à ses clients quand il révise avec eux toutes les étapes de la mise au point qu’il vient d’effectuer.

À suivre

Maintenant qu’il a réalisé le rêve d’avoir sa propre boutique de mécanique, Éric Tremblay ne veut pas s’arrêter.

Éric Tremblay nettoie un vélo dans un atelier.

Éric Tremblay a toujours été un passionné de vélo.

Photo : Avec la gracieuseté d'Éric Tremblay

Il est tellement fier de la façon dont il a adapté sa remorque pour répondre à ses besoins qu’il rêve d’en adapter d’autres.

Ma remorque est équipée de panneaux solaires, elle a l’eau courante et tout ce qu’il faut pour faire mon travail, je suis certain que d’autres mécaniciens aimeraient en avoir une comme celle-là.

D’ici quelques années, l’entreprise pourrait prendre de l’expansion et on pourrait voir d’autres remorques au logo de la compagnie Outspokin Bike Works un peu partout en Alberta. Il serait cependant surprenant de trouver à leur bord un mécanicien aussi passionné qu'Éric Tremblay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Cyclisme